Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 08:26

Pourquoi pas ?

C'est en me promenant dans les rayons d'une librairie que cela m'est venu, notamment en arrivant face au rayonnage Science-fiction Fantastique. D'accord le rayon n'était pas gigantesque, mais ce que j'ai pu voir m'a surpris. Les séries de bit-lit (Merry Gentry entre autres) occupaient une place plus qu'importante sur les rayons.

 

A côté de ça, il était impossible de trouver les trois volumes du Seigneur des Anneaux, à moins de le commander; Asimov survivait tant bien que mal; Frank Herbert était porté disparu, enseveli sous une dune.


Il est quand même choquant de voir disparaître des classiques au profit de cette littérature.

Je n'en ai pas lu mais  les critiques que j'ai pu voir me donnent l'impression d'une absence de renouvellement du genre : une jolie fille, un mec mystérieux, des méchants retors, du suspense et du cul ( mais qu'est ce que je dis, c'est de l'érotisme passionné, ce n'est pas la même chose). La ressemblance avec les Harlequins est forte, et si la bit-lit n'était pas une variation de la littérature à l'eau de rose (un peu plus chaude, bien sûr, question d'époque oblige).

 

Je vous laisse et Robert vous embrasse.

 

fat twinkie twilight edward

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nelfe 28/06/2011 15:25


Ce n'est pas le genre de lecture que j'affectionne. Je n'en ai jamais lu moi non plus mais naturellement je ne vais pas vers les romans bit-lit. Effectivement ce courant prend de plus en plus
de
place, tant mieux pour ceux qui aiment mais c'est au détriment d'autres ouvrages et c'est du côté de la SF que la coupe se fait.
Je fréquente un forum de lecture généraliste et depuis quelque temps la bit-lit prend une place qui me déplait.

Cette mode aussi vite venue sera repartie mais en attendant c'est vrai que c'est agaçant...


Chiwi 30/06/2011 14:18



Je suis content d'avoir un soutien.


Ce développement n'est que purement commercial, vivement que cela s'essoufle.