Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 12:01

 

http://75.img.v4.skyrock.net/75f/bouquinatitude/pics/1230538774_small.jpgEn 1944, Primo Levi est arrêté alors qu'il était dans le maquis. Les autorités italiennes vont le confier ainsi que des compatriotes juifs aux Allemands. Il va se retrouver à Auschwitz.

 

Si c'est un homme est un témoignage de l'horreur des camps. C'est aussi un moyen pour Levi d'essayer d'exorciser qui ne le quittera pas toute sa vie durant. Pendant 185 pages, Levi raconte comment il a survécu à Auschwitz.

Ce qui est impressionnant, c'est l'absence de haine qu'il peut ressentir à l'égard des Allemands, il y a de la colère mais pas de haine.

Les camps ont été une entreprise massive de déshumanisation. Les personnes, tatouées considérées comme des bêtes voire comme des choses, ont perdu tout ce qui pouvait faire d'elles des êtres humains.

 

Il décrit des rapports sociaux redessinés : les criminels de droit commun ont droit à plus d'estime que les juifs.

C'est aussi un univers de débrouille, où seuls ceux qui sont rapides et qui savent marchander peuvent s'en sortir.

 

L'ironie du sort est que pour essayer de garder une part d'humanité, Levi se récite des extraits de la Divine Comédie de Dante.

 

« Les personnages de ce récit ne sont pas des hommes. Leur humanité est morte, ou eux-mêmes l'ont ensevelie sous l'offense subie ou infligée à autrui. »

« L’œuvre entreprise par les Allemands triomphants avait été porté à terme par les Allemands vaincus : ils avaient bel et bien fait de nous des bêtes.»

« Détruire un homme est difficile, presque autant que le créer : cela n'a été ni aisé ni rapide, mais vous y êtes arrivés, Allemands .»

 

Si c'est un homme ( Se questo è un uomo), Primo Levi, Pocket, 2001, 213 pages 

 

2010-12-0821

Partager cet article

Repost 0

commentaires

isa 04/06/2011 19:13


va faloir que je le lise ce bouquin
autant ne pas mourir idiote