Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 09:00

http://systar.hautetfort.com/images/velum.jpgDepuis la nuit des temps le trône divin est vacant. Les anges et ceux qui ont une parcelle de divin dans leur sang, les amortels, se font la guerre. Ils se font la guerre sur le Vélum, un tissu de mondes au sein duquel la Terre n'est rien tout. Deux amortels ont décidé de ne pas s'engager dans la guerre, de ne pas prendre parti. Mais ceux-ci vont être rattrapés par les deux camps.

 

J'ai choisi ce livre à la médiathèque en lisant sur la quatrième de couverture que Vélum plairait à ceux qui avaient aimé l'Echiquier du Mal. Alors je me suis laissé tenter. Les 200 première pages c'était bien. Les 200 suivantes je me suis laissé gagner par la lassitude et les 200 dernières je me suis réellement fait chier. Je l'ai fini parce que je n'aime pas abandonner un livre en cours de lecture.

 

Hal Duncan utilise des grands mythes bibliques et ceux existant avant Jésus pour bâtir son roman. Ça peut paraître intéressant à première vue mais ceux-ci ne permettent juste qu'une redite de l'intrigue déjà lu plusieurs pages auparavant. Donc pendant 600 et quelques pages on relit plusieurs fois la même histoire mais en la mettant dans un mythe ou dans une période importante de l'histoire. Certains ont pu trouver cette manière de faire originale, innovante, moi j'ai trouvé ça un peu foutage de gueule.

Si j'avais un classement flop à faire Vélum en prendrait allègrement la tête.

 

Vélum est le premier volume diptyque du Livre de toutes les heures. J'avais emprunté son petit frère Encre mais je ne l'ai pas lu, pas l'envie de m'user à le lire.

 

1/5

 

Vélum (Vellum), Hal Duncan, Denoël, Collection Lunes d'encre, 2008, 668 pages

Partager cet article

Repost 0

commentaires