Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 10:52

http://pepinemom.p.e.pic.centerblog.net/b7o5ze5d.jpgDerrière ce titre qui détourne le grand classique de Lewis Carrol, j'ai envie de vous parler d'Alice Cooper.

 

J'ai ressorti en début d'année les albums que je possède et les réécouter m'a fait du bien.C'est surtout le côté louf, j'en foutiste qui fait du bien.

 

Comme pour Kiss, il y a beaucoup de préjugés. L'utilisation de maquillage, d'accessoires comme une potence, une chaise électrique ou une hache le fait passer sans problème pour un sataniste. Ce qu'il a toujours contesté. Je le vois plus comme un personnage grand guignolesque, un peu comme Marilyn Manson peut l'être de nos jours.

 

La première fois que j'ai découvert Alice Cooper c'est en voyant le film Wayne's World où il fait une apparition pour un concert. Les deux guignols ont des pass backstage et ils découvrent un mec qui leur raconte les origines de Milwaukee. Alors ça m'a laissé l'impression que c'était une tête malgré le personnage qu'il pouvait incarner sur scène.

 


  Puis le premier album que j'ai acheté de lui, Brutal Planet, reste pour moi un grand classique. C'est un album très sombre, bien plus lourd que ce qu'il avait pu produire.
A la fin de l'année dernière sur une chaine musicale je suis tombé sur Poison, super "chanson d'amour" sortie à la fin des années 80 sur l'album Trash. J'aime bien la fin.


Depuis Brutal Planet, les albums se suivent. On sent que c'est toujours de l'Alice Cooper, mais il manque ce que j'avais pu trouver dans Brutal Planet.
Il y a bien sûr toujours de la dérision comme sur Dragontown où dans la chanson Disgraceland il n'hésite pas à pasticher le King, ce qui est savoureux.

Repost 0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 20:34

De Michel Quint, on connaît surtout Effroyables jardins, grâce au film du même nom mais cet auteur a écrit beaucoup d'autres livres intéressants dont L'espoir d'aimer en chemin.

 

René est marié à Daisy. Il est marionnettiste et elle est infirmière. Il a l'habitude de faire des petits spectacles de marionnettes pour les enfants hospitalisés mais ce jour là, sa femme lui demande d'essayer de sortir un jeune garçon du comas grâce à ses histoires.

 

René va se prendre au jeu et par le biais de ses marionnettes, il va finir par raconter sa vie au jeune homme. De son enfance sans mère, son amour pour la jeune Halva, la guerre d'Algérie, les magouilles de son père à sa rencontre avec Daisy. Ce récit va être pour lui une délivrance et va lui permettre de remettre certains passages de sa vie au clair.

 

J'ai beaucoup aimé ce roman, ce René qui nous entraîne au fil de sa vie pendant laquelle il a vécu un certain nombre de péripétie, les histoires d'amour qu'on peut y lire (amour sentimental, mais aussi filial), et un personage auquel on s'attache facilement.

 

http://s3.static69.com/m/image-offre/6/0/0/d/600d206350b2c134588ca02b6b15fdc6-300x300.jpg

Repost 0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 15:39

 

La Première femme de Yuan est un recueil de nouvelles qui se divise en trois parties. La première intitulée Jeunes et vieux, parlent des chocs qui peuvent apparaître au sein des familles. Les anciens chinois ont du mal à se faire aux transformations que la modernité apportent en Chine.

La deuxième s'axe sur la révolution. Ici on reste au niveau de l'individu et on se rend compte la bêtise de la guerre civile.

La troisième relate les difficultés qu'ont les paysans en période de crue.

 

Comme à son habitude Pearl Buck relate les vies des chinois. Mais contrairement à ses autres écrits j'ai trouvé ici une atmosphère vraiment négative, vraiment pesante.

Ces nouvelles sont pour moi une sorte de résumé les romans qu'elle a pu écrire.

 

3.5/5

 

La première femme de Yuan (The First Wife and other stories), Pearl Buck, J'ai Lu, 1977, 247 pages

 

http://www.livre-po-cher.com/catalog/images/luprespoint/premierefemme.jpg

Repost 0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 20:16

Ca fait un petit moment que je n'ai pas posté sur le blog, j'ai donc décidé de reprendre en douceur....avec ce que Chiwi appelle de la musique violente. Autrement dit avec une chanson d'Emilie Loizeau: Pays sauvage.

 

Repost 0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 10:52

http://www.joelapompe.net/wp-content/uploads/2008/11/affichetguerre2005.jpgRay est grutier sur un port dans l'est des Etats Unis. Ray est divorcé et est un peu immature. Un week end où il accueille ses enfants, se déroule une tempête avec des éclairs mais sans tonnerre. Puis sortent du sol des tripodes qui commencent à annihiler les êtres humains. Ainsi va débuter pour Ray et es enfants un exode.

 

Spielberg fait sa propre adaptation du roman d'H.G. Wells. Même si elle oppose les humains aux marsiens, c'est toujours une guerre et on y perd toujours de l'innocence. Il y a aussi des comportements égoïstes, violents, chacun veut sauver sa peau mais peu réussissent et finissentt par mourir.

 

Il y a quelques incohérences assez étonnantes pour un réalisateur comme Spielberg: un avion de ligne s'écrase sur le quartier résidentiel où vit l'ex- femme de Ray, il ne reste plus rien debout sauf sa voiture intacte.

 

Certaines libertés ont été prises avec le roman : Ogilvy, interprété par Tim Robbins, cumule les personnages du prêtre et de l'artilleur ; Spielberg octroie aux tripodes un bouclier, peut être pour renforcer leur caractère implacable.

 

Le périple de Ray est le moment pour celui-ci de gagner en maturité et de se faire véritablement aimer de ses enfants, c'est un ressort qui m'apparaît comme assez cliché.

 

Titre V.O. : The War of the worlds

Réalisé par Steven Spielberg

Avec Tom Cruise, Dakota Fanning,Justin Chatwin, Miranda Otto, Tim Robbins

Sortie : 6 juillet 2005

Repost 0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 11:10

En ce monent j'ai quatre challenges de livres en cours. Ca fait deux mois que trois d'entre eux ont débuté (ça va vite) et je me suis dit que ça serait bien d'en faire un bilan.

 

Challenge "nécrophile" : je n'ai lu que La Passante du Sans-Souci de Kessel, mais le prochain que je lis c'est La Conjuration des imbéciles de John Kennedy Toole.

 

Challenge Giro in Italia : trois catégories sur quatre ont été validées, il ne reste plus qu'à lire un roman se passant en Italie, ça sera ou un Donna Leon ou Oublier Palerme d'Edmonde Charles-Roux. Les deux sont prévus, manque plus qu'à déterminer l'ordre. Bien sûr je ne pense pas que je vais m'arrêter à si peu, relire Si c'est un homme de Primo Levi me tente bien.

 

Challenge SFFF : j'ai lu La Guerre des Mondes, Les Puissances de l'invisible de Tim Powers. Le prochain c'est L'Oreille Interne de Silverberg.

 

Challenge ABC : il ne me reste plus que dix livres à lire, dont deux pavés : Les Piliers de la terre et Le Sabre et la Pierre

Repost 0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 11:02

Ingrédients pour 2 personnes :
- 1/2 épaule d'agneau désossée
- 1 tomate
- 1/2 oignon
- 1/2 pomme
- 1/2 bol de lait
- 1 cuillère à café de curry
- 1/2 cuillère à café de gingembre
- 1/2 cuillère à café de curcuma
- 1 cuillère à soupe d'eau


Mélanger les épices dans un bol.

Couper la viande en morceaux et la faire revenir quelques minutes dans de l'huile. La réserver.

Faire revenir 3 min à petit feu l'oignon émincé et la pomme épluchée et finement hachée. Ajouter la tomate en petits morceaux pelées et épépinées.

Rajouter le bol d'épices, le bol de lait et la viande. Saler. Laisser mijoter 20 min à petit feu.

Servir avec du riz.

 

curry-d-agneau1

Repost 0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 14:33

Face à un afflux un peu important de livres depuis six mois, les étagères de l'appart avaient une certaine difficulté à supporter. Il a fallu récupérer une étagère chez les parents de Cachou. Elle est un peu bancale (celle de droite sur la photo) mais elle tient debout, il fallait juste la lester.

 

etagere1

 

Puis Pilou nous a fait une étagère spéciale pour les livres de poche, facilement montable avec un plan de montage bien expliqué (on sent l'instit de CP derrière tout ça). Elle est déjà quasiment pleine, avec à peu près 145 livres. Mais ça a libéré de la place dans la bibliothèque Ik**, où 70 livres peuvent encore arriver. Mais avant on va d'abord lire ce que l'on a déjà.

 

etagere2

Repost 0
Published by Chiwi - dans 3615 mavie
commenter cet article
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 10:32

http://rocbo.net/litter/sf/img/u-z/LaGuerreDesMondes.jpgA la fin du XIXème siècle, des astronomes observent des phénomènes étranges à la surface de Mars. Plusieurs jours plus tard, un puis deux puis trois cylindres arrivent sur Terre. Les hommes assistent alors à la première invasion de la Terre par des Marsiens.

 

H.G. Wells est l'inventeur de l'invasion d'extraterrestres, thème que l'on retrouvera fréquemment, surtout au cinéma dans les années 50 pour symboliser les dangers du communisme.


L'invasion des Marsiens plus puissants que l'homme permet de remettre celui-ci à sa place. Le XIXème siècle est un siècle d'innovation, de développement industriel qui donne à l'homme un sentiment de toute puissance mais qui face à une puissance extérieure ne fait pas long feu.


Ecrit en 1898, je n'ai pas trouvé du tout La Guerre des Mondes désuet, il fait rès moderne en utilisant un ton véridique. Le récit du narrateur reprend ce que les journaux ont pu dire, utilise les faits qu'il a pu vivre . Le narrateur au cours de ses pérégrinations va rencontrer des hommes (l'artilleur, le prêtre) qui représentent ce que l'humanité peut être face à un tel événement.

 

4/5

 

La guerre des mondes, (War of the worlds), H.G. Wells, Le Livre de poche

 

 

LogoChalengeSfff2

Repost 0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 18:11

 

http://www.geekdelecture.fr/wp-content/uploads/2008/11/gomorra-roberto-saviano.jpgJ'ai connu Gomorra par le film portant le même titre et c'est sur la proposition de Caro que je l'ai ajouté à ma liste de livres à lire.

 

Gomorra permet à Roberto Saviano de décrire les mécanismes et les activités de la camorra basée dans la région de Naples. Ainsi il passe en revue les activités de contrefaçon et les point s de vente de ces produits dans toute l'Europe, la vente de drogue, la « gestion » et le « traitement » des déchets ménagers et toxiques. La camorra dans ses activités applique un libéralisme forcené et même si les activités sont illégales, cela bénéficie à la population et à l'économie.

 

Car bien peu de personnes s'opposent à la présence de la camorra. Un prêtre fait un appel au refus des activités et il finit tué d'une dizaine de balles. Un élu local refuse que les marchés publics soient trafiqués et il finit avec deux balles dans la tête, le corps jeté dans un puits qui sera détruit à la grenade pour ne laisser aucune trace.

Les enquêtes judiciaires sont fréquentes, permettent la confiscation de biens immobiliers, l'incarcération de certains membres de la camorra mais celle-ci est toujours présente.

 

Gomorra, au-delà d'être un document exhaustif sur la camorra, est un moyen pour Saviano de dénoncer cette « organisation ». Car il est né sur ces terres, il aurait pu devenir l'un d'entre eux. Mais il refuse que des jeunes de 15 ans soient tués par des balles perdues lors de règlements de compte, mais il refuse la destruction de sa région par le béton et par les déchets. Ce qui lui vaudra d'être condamné à mort en Italie et de devoir vivre en exil.

 

4,5/5

 

Gomorra, Roberto Saviano, Gallimard, 2007, 356 pages

 

2010-12-0821


Repost 0