Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 08:52

Dix ans qu' Iron Maiden a enregistré ce live à Rio. Live qui m'a servi de best of pendant plusieurs années, très utile quand on commence à découvrir Iron Maiden.

Il y a des classiques comme The Number of the Beast ou Run to the Hills, mais l'une des plus prenantes reste The Clansman. Une chanson à propos de la liberté, comme le dit Bruce Dickinson au début. Une chanson qui pourrait servir d'hymne sans problème dans le monde dans lequel on vit.


 

 

Repost 0
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 18:30

http://www.teulliac.com/wordpress/wp-content/uploads/2009/01/dune_film_affiche.jpg

 

 

L' histoire :  L'Empereur Padishah Shaddam IV confie à Leto Atréides la gestion d'Arrakis, la seule planète où se trouve l'Epice, la substance permettant de voyager dans l'Espace. A peine installée, la maison Atréides est trahie et est décimée par le baron Harkonnen, le grand rival de Leto.

    Seuls Jessica et Paul, la femme et le fils de Leto, s'échappent. Ils sont recueillis par les Fremen, peuple indigéne d'Arrakis. Ceux-ci attendent un Messie depuis des années. Paul est-il celui qu'ils attendent ?

 

Ce que j'en pense : Dune est un monument de la littérature de science-fiction. Il y a une grande richesse des personnages, une diversité des intérêts tous antagonistes, les thèmes abordés vont de l'écologie, l'évolution de l'epèce humaine, les interactions entre la religion et le pouvoir. Adapter Dune au cinéma n'était pas une mince affaire. David Lynch s'y est attelé.

 

   Le résultat donne une autre dimension à l'oeuvre. La première fois que j'ai pu voir Dune, je n'avais absolument pas accroché. Je trouvais que le film avait trop mal vieilli. 

 

     Ayant retrouvé les romans en brocante, je me suis dit que ça serait pas si mal de revoir le film. J'ai été surpris que ma deuxième impression a été complètement différente de la première.

   

    Bien sûr il y a des manques par rapport au roman : on ne sait pas pourquoi l'Epice est aussi importante pour les voyages spatiaux, on ne sait pas comment et pourquoi l'Humanité en est arrivée là.

     Bien sûr les effets spéciaux font miteux par rapport à ceux de Star Wars.

   

    Mais David Lynch crée un univers propre même s'il reprend des éléments du Dune de Frank Herbert. Il joue franchement sur les antagonismes : les Atréides ont une certaine noblesse dans leur attitude, les Harkonnens sont répugnants, moches, complètement fous.

 

   On arrive à la fin du film, avec sa bataille finale, complètement enthousiasmé grâce à ce qu'il a pu faire et grâce à la musique de Toto.


   Il faut voir Dune en se disant que l'on va entrer dans un univers particulier (c'est quand même du Lynch) mais qu'il faut s'y laisser submerger

 

 

Titre V.O. : Dune

Réalisé par David Lynch

Avec Kyle McLachlan, José Ferrer, Francesca Annis, Jurgen Prochnow, Brad Dourif, Sting, Max Von Sydow, Patrick Stewart

Sortie : 6 février 1985

 

 

Repost 0
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 17:59

http://pmcdn.priceminister.com/photo/Rankin-Ian-L-etrangleur-D-edimbourg-Livre-896925068_ML.jpg

 

 

"Pour Rebus, c'était l'horreur absolue. un paysage à ce point absent. Plus que jamais ça puait l'abus, la négligence, la vie totalement gâchée".

 

Un type kidnappe des fillettes. On les retrouve étranglées. Rebus malgré de nombreuses inimitiés se retrouve affecté sur l'affaire. Dans le même temps, il reçoit des lettres étranges qu'il soupçonne de venir du tueur.

 

 

L'Etrangleur d'Edimbourg est le premier roman de la série John Rebus. On y découvre un type qui ne plaît pas à tout le monde, surtout dans la famille police.


L'idée de l'intrigue pour ce roman m'a paru un peu facile : le gars abandonné qui connaît l'abominable pour attirer l'attention de celui qu'il considérait comme un ami.

Le scénario est un peu simpliste, les ficelles se découvrent assez rapidement au cours de la lecture. La brièveté du roman doit accentuer cette impression. J'ai eu plus l'impression d'avoir à faire à une ébauche de roman policier. Plus de substance aurait été mieux.

 

Le roman est plus original avec le personnage de Rebus, il a un passé trouble, justifiant des fêlures. Fêlures qu'il sait posséder mais dont les origines sont refoulées.

 

2,5/5

 

L'étrangleur d'Edimbourg, Ian Rankin, Le Livre de Poche, 2004, 285 pages

 

Repost 0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 18:12

 

http://www.lyricis.fr/wp-content/uploads/2011/08/A-Dangerous-Method-Affiche-France.jpg

 

Carl Jung est un jeune chercheur dans une institution accueillant des personnes névrosées. L'arrivée d'une jeune fille va lui permettre de mettre en application les théories pensées par Sigmund Freud.

Mais lors de la thérapie, il va faire de la jeune fille sa maîtresse. Ce qui va devenir un objet de dissension avec Freud dont il était devenu le disciple.

 

 

A Dangerous Method, c'est l'histoire d'un trio intimement lié par la psychanalyse. Tous sont des psychanalystes ou près de le devenir. Tous ne sont pas sains : Sabina est très sérieusement névrosé à cause d'un père violent et tyrannique ; Jung, bon petit bourgeois aux premiers abords, devient adultérin à cause de la méthode dangereuse de Freud ; Freud, apparaît comme un bon grand-père, mais sa vie ne fut pas aussi lisse que ça.


Dans la filmographie de Cronenberg, ce film m’apparaît comme un OVNI. Il me semble moins violent physiquement même si certaines scènes de crises de Keira Knightley sont intenses.La violence est en fait dans les concepts énoncés. Parce que l'on discute beaucoup sur les concepts, ce qui à la fin donne l'impression d'avoir une grosse tête. Il faudrait presque voir le film une seconde fois pour pouvoir tout assimiler.

 

 

Titre V.O. : A Dangerous Method

Réalisé par David Cronenberg

Avec Michale Fassbinder, Keira Knightley Viggo Mortensen, Vincent Cassel

Sortie : 21 décembre 2011

Repost 0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 20:32

On a fait cette recette à partir d'un livre sur les papillotes, mais comme on avait pas tous les ingrédients ( et ouais ça arrive), on a un peu adapté la recette.

Donc on a pris des crevettes, quelques rondelles d'ananas, une carotte, une petite courgette, une gousse d'ail, 2 càs de sauce soja, 2 càs de vinaigre de xérès, 1 càs de vinaigre de cidre, 1 càs de gingembe en poudre.

 

Hachez l'ail. Mettez le dans une casserole avec le gingembre et un peu d'eau. Ajoutez les deux vinaigres et la sauce soja. Faites cuire pendant 5 minutes.

 

Epluchez la carotte et la courgette et rapez les. Coupez les tranches d'ananas en petits morceaux. Mettez les légumes au fond de petits moules. Posez les crevettes et l'ananas et arrosez de sauce aigre-douce. 

Couvrez les moules et faites les cuire pendant 20 minutes dansu nfour chauffé à 210°.

 

 

crevettes sauce aigre douce

Repost 0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 18:20

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/2/0/8/9782070782802.jpg

 

Liberty Fish, fils d'un abolitionniste et d'une fille de planteur sudiste, a grandi dans l'Amérique à la veille de la guerre de Sécession. Lorsque la guerre débute, il s'engage parmi les Nordistes. Lassé des massacres, il décide de déserter et de partir à la recherche du domaine maternel. Mais il va découvrir la dégradation morale et psychologique d'un Sud encroûté dans ses préjugés.

 

 

Les premières pages de la Polka des Bâtards ont été assez abruptes, le style très imagé est assez difficile à suivre.

Une fois que l'on s'est adapté on suit la jeunesse de Liberty où il se retrouve assez souvent confronté à la bêtise.

Mais le plus dur arrive lorsqu'il retrouve son grand-père, partisan farouche d'un Sud blanc, complètement givré car il se lance dans des expériences génétiques hautement improbables.

Liberty dans ses pérégrinations doit affronter le pire de ce que l'homme peut faire. Malgré ce qu'il peut voir, Liberty garde toujours le même état d'esprit.

Comme une sorte de modèle qu'il faudrait garder en tête dans le monde dans lequel nous vivons.

 

3,5/5

 

La Polka des Bâtards, Stephen Wright, Gallimard, 2009, 411 pages

 


Repost 0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 20:41

Un jour on a voulu se réconcilier avec les aubergines. Donc il a fallu trouver une recette qui leur donne un bon goût.

 

Cachou a alors trouvé le gratin façon Moussaka d'Eryn.

 

Pour nous ça a donné ça :

 

gratin facon moussaka


C'était bien bon et ça nous a donné une bonne idée pour préparer les aubergines.

 


Repost 0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 21:05

 

http://www.decitre.fr/gi/51/9782253012351FS.gif

 

Pierre et Jean sont les deux fils d'une famille petite bourgeoise normande.

Un jour, Jean hérite d'un vieil ami de la famille. Pierre, titillé par la jalousie et la curiosité, va chercher à savoir pourquoi son frère hérite d'une petite fortune alors que lui ne reçoit rien. Tout doucement il va mettre à jour un secret de famille.

 

 

Pour l'année 2012, j'ai décidé de lire ou de relire des ouvrages du 19° siècle. Alors j'ai commencé par ce court roman de Maupassant.


A la relecture de Pierre et Jean j'ai eu l'impression d'avoir à faire à une intrigue policière. En effet Pierre va mener sa petite enquête afin de connaître les raisons qui ont poussé un vieil ami à léguer sa fortune à un garçon qu'il connaissait à peine. En avançant la rivalité entre les deux frères va s'exacerber. L'un va pouvoir s'offrir ce qu'il veut pour réussir sa carrière, l'autre va devoir y renoncer.


Jean apparaît au début comme le plus sympathique, mais sa richesse va le rendre antipathique car il ne va pas se poser de questions sur les raisons de ce legs.


Pierre en faisant ses recherches va apparaître comme celui qui veut mettre fin à la paix familiale alors qu'il met juste au jour une trahison, trahison qui devient pour lui une injustice. Le choix de Pierre, à la fin du roman, est une sorte de victoire de l'immoralité. Alors fatalement on ne peut être que solidaire de Pierre qui se retrouve exclu de la famille.

 

3,5/5

 


Repost 0
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 17:13

Je me souviens qu'il y a quelques années Pilou m'avait demandé de lui trouver quelque chose des Alessi Brothers. A l'époque c'était quasi "mission impossible" de trouver quelque chose.

C'est en réentendant leur chanson la plus connue à la radio que je me suis souvenu d'eux.

 

 

 

Repost 0
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 10:19

Pour les fêtes de fin d'année, on fait une bûche chocolat - poire mais comme on avait à faire à des gros mangeurs, on a eu peur qu'il n'y en ait pas assez alors on a fait ce petit cake en accompagnement.

 

cake miel, épices, banane

 

Ingrédients :

 

130 g de beurre

2 oeufs

160 g de farine

1 sachet de levure

100 g de sucre glace

2 bananes

le jus d'un demi citron

1 càc de cannelle en poudre

1/2 càc de gingembre en poudre

2 càs de miel liquide

 

Préparation :

 

Pelez les bananes, coupez-les en rondelles et arrosez-les du jus de citron.

travaillez le beurre mou et  le sucre dans un saladier et incorporez les oeufs les uns après les autres en fouettant vivement. Ajoutez le miel.

 

versez la farine, la levure et les épices dans un autre saladier, ajoutez la banane. Mélangez les deux préparations puis laissez reposer 45 minutes au réfrigérateur.

 

Versez la pâte dans un moule, enfournez pour 5 minutes à 210°, puis baissez la température à 180° pour laisser cuire pendant 45 minutes.

 

Vérifiez que la pâte est cuite avec un couteau. Laissez refroidir avant de démouler.

 

cake epice banane

 

Source : Le Moule à cake de Martine Lizambard

Repost 0