Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 14:30

 

Elric des Dragons

 

http://www.decitre.fr/gi/95/9782266155595FS.gifElric est l'empereur de Menilboné, un royaume qui a régné sur le monde mais qui a fini par se replier sur lui-même. Il doit faire face à des tentatives de pillages de la part d'autres royaumes et à l'avidité de son cousin Yrkoon.

 

Ce premier volet du cycle d'Elric m'a assez plu.

 

Le personnage d'Elric est singulier pour être intéressant. Albinos et ayant besoin de drogues pour survivre il n'a pas les caractéristiques pour faire un héros.

 

Il est plus ou moins dominé par Stormbringer, son épée maudite qui boit les âmes et qui lui permet de se passer de ses drogues.


Le rythme est enlevé, les séquences de bagarres sont assez fréquentes tout comme les trahisons et les rebondissements.

 

3,5/5

 

La Forteresse de la Perle

 

http://3.bp.blogspot.com/_3uQJxtezTq8/TSXXy3tyGQI/AAAAAAAAAPo/q7VhhqNB3Qo/s1600/9782266155601FS.gifElric après avoir repoussé les attaques des barbares confie le royaume à son cousin Yrkoon. Il décide de voyager pour découvrir de nouvelles manières de gouverner, des manières plus en adéquation avec la conception qu'il a du monde.

 

J’avais enthousiaste à la lecture d'Elric des dragons.

 

Ici la lecture a été laborieuse. C'était bavard et pour peu de choses. Ça parlait mais ça n'avançait pas.

 

Pour le besoin de sa quête il doit voyager dans le monde des rêves. Ça entraine des descriptions et des passages peu intéressants.

Je suis un peu déçu par cette lecture.

 

2/5

 

Le Navigateur sur les mers du Destin

 

http://media.biblys.fr/book/18/23418.jpgEn cherchant à échapper à des poursuivants qui voulaient sa mort, Elric se retrouve embarquer sur un navire ayant à son bord des guerriers devant éliminer un couple de sorciers.

 

Avec cet épisode, on se rend compte que le monde d'Elric n'est pas un, qu'il y a une multitude de réalités, qu'il existe des réalités plateformes qui permettent aux différents mondes de communiquer.

 

C'est un roman court mais Elric se retrouve dans des situations qui sont un peu sans rapport les unes avec les autres.

 

C'est un peu difficile de trouver le fil conducteur de la destinée d'Elric.

 

3,5/5

 


Repost 0
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 15:11

 

http://www.decitre.fr/gi/44/9782258058644FS.gifTanner Mirabel est un mercenaire. Il a décidé de poursuivre et d'éliminer l'homme qui a tué son patron. Sa recherche va l'amener à Chasm City.

 

Deuxième volet du cycle de Inhibiteurs, la Cité du Gouffre met en scène de nouveaux personnages. Je m'attendais à ce qu'il y ait une continuité avec le précédent. Tout ce que l'on retrouve c'est les lieux et la fameuse pourriture fondante (on commence à savoir ce que c'est que ça).


Les récits se superposent et il faut attendre la fin pour comprendre leur imbrication.


Le récit est des fois ralenti par les descriptions de Chasm City, qui donnent une ambiance gothique très malsaine.


Encore plus que dans le précédent, le corps humain est transformé. A des transformations dues aux nanomachines, le corps subit des transformations génétiques. Le must est de se faire injecter de l'ADN animal pour pouvoir ressembler à l'animal choisi.

Plus axé sur l'idée du thriller stellaire, La Cité du Gouffre est moins énigmatique, les Inhibiteurs font l'objet d'une brève évocation qui ne sera relevé par aucun des personnages.

 

La cité du gouffre (Chasm City), Alastair Reynolds, Presses de la Cité, 2003, 695 pages

Repost 0
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 14:37

http://farm5.static.flickr.com/4020/4345372707_2429042067.jpgDans un contexte post-apocalyptique, l'Amérique n'est qu'une terre désolée où pullulent des hors-la-loi prêts à tout pour se procurer de l'eau ou de la nourriture. Un homme traverse le pays vers l'ouest. Il a avec lui un livre qui va attirer la convoitise d'un caid local qui cherche un livre pour pouvoir asservir les populations locales.

 

Je suis partagé sur ce film.

 

L'ambiance post-apocalyptique est super, les couleurs surexposées rendent bien compte d'un monde où il n'y aurait presque plus de couche d'ozone.

 

A cela on rajoute une touche de western : des villes quasi- fantômes, des étendues désertiques, des hommes de main patibulaires.

Et même une petite touche d'humour : le cannibalisme donne la tremblote, un peu comme la vache folle où des vaches "cannibalisaient" des farines animales.


Par contre, concernant la nature du livre, la Bible, je trouve la moralité du film limite. Eli protège à tout prix la Bible, car elle pourrait être utile à redonner la foi aux populations. mais  d'un autre côté il reconnait qu'elle serait à l'origine de la guerre qui a détruit le monde. Donc la morale fait un peu trop soutien aux religieux américains.

 

Titre V.O. : The Book of Eli

Réalisé par Albert et Allen Hughes

Avec Denzel Washington, Gary Oldman, Mila Kunis, Michael Gambon, Tom Waits

Sortie : 20 janvier 2010

 

 

 

 

Repost 0
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 16:02

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/4/9/4/9782070406494.jpg17 octobre 1961, un prof d'histoire rentre du travail. Il se trouve à proximité de la manifestation organisée par le FLN. Il est tué par un policier.

Vingt ans plus tard, son fils est assassiné à Toulouse. Un policier va enquêter sur cette mort et mettre au jour des secrets que certains auraient préféré garder secrets.

 

Meurtres pour mémoire a la forme d'un roman policier mais son sujet le transforme complètement.


Deux événements servent de base au roman : la déportation des Juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale et la manifestation du 17 octobre 1961 réprimé violemment par les forces de police.


Ecrit en 1983, ces deux éléments de l'histoire étaient peu médiatisés, l'Etat français avait un rôle peu reluisant. Encore aujourd'hui l'Etat ne veut pas reconnaître sa responsabilité dans la répression de la manifestation .


Le haut-fonctionnaire visé par Daeninckx est Maurice Papon, secrétaire général de la préfecture de Gironde condamné pour complicité de crimes contre l'humanité et préfet de police, impliqué dans la répression de la manifestation d'octobre 1961.


Le roman est sobre même s'il se permet quelques pointes d'humour.

 

5/5

 

Meurtres pour mémoire, Didier Daeninckx, Galimmard, 1998, 215 pages

Repost 0
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 15:33

http://img854.imageshack.us/img854/3430/robinsonkimstanleytriloj.jpgPresque tout l'ensemble de Mars a subi le terraforming. La pression démographique sur Terre est telle que les Etats veulent envoyer des immigrants sur Mars. Mais les Rouges et les Verts, sur Mars, arrivent à s'entendre pour lutter contre cette vague d'immigration dans le but de protéger Mars.

Cette opposition peut être un tremplin pour la conquête d'autre planètes du système solaire.

 

 

Troisième volet de la série consacrée à la conquête et à la transformation de Mars, il n'a pas dérogé au sentiment que j'avais éprouvé à la lecture du deuxième roman.


C'est sûr que c'est une œuvre ambitieuse mais je me suis vraiment fait chier lors de la lecture (ouais j'ai été maso de le lire alors que je savais à quoi m'attendre). Les passages de descriptions scientifiques étaient indigestes et lourds pour la trame principale. Les descriptions des paysages de Mars que j'avais trouvé grandioses dans Mars la Rouge m'ont semblé n'être qu'une répétition de ce que j'avais pu lire. L'essai de trouver des compromis politiques pour mettre en place un gouvernement aurait pu être intéressant mais le désintérêt a vite pointé son nez.


Chaque parte se concentre sur un personnage, on le suit dans sa vie sur Mars, et on se rend compte des transformations subies par la planète. Mais ces personnages me sont apparu comme froids, voire inintéressants. Même suivre certains depuis deux cents ans, grâce au traitement de longévité, était saoulant.

 

Le récit s'est focalisé sur les personnages en pratiquant allègrement l'élision alors on se retrouve avec des événements qui apparaissent comme par magie alors que j'aurais pu croire que les personnages prenaient part à l'écriture de l'histoire.

 

1/5

 

Mars la Bleue (Blue Mars), Kim Stanley Robinson, Presses de la Cité, 1997, 757 pages

 

 

LogoChalengeSfff2

Repost 0
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 18:02

Pour cette recette, pour deux personnes, il vous faut :

 

- 2 tranches d'échine de porc

- 1 courgette et 1 aubergine

- 1 pomme de terre

- 1 piment

- 3 gousses d'ail

- 1 oignon

- du vinaigre de vin

- du persil

- 1 càs de colombo

 

 

Tout d'abord, coupez en morceau le porc. Préparez un mixture avec l'ail écrasé, un piment, 2 càs de vinaigre de vin, du sel et du poivre. Mélangez le porc à la mixture et laissez macérer trente minutes.

 

Ensuite, hachez l'oignon et le persil. Faites les revenir dans le fond 'une marmite avec de l'huile. Puis ajoutez la viande.

 

Coupez la courgette, l'aubergine et la pomme de terre pelée en morceaux. Ajoutez-les dans la marmite avec le colombodéalyé dans un verre d'eau.

 

Couvrez d'eau et laissez cuire pendant une quarantaine de minutes en remuant de temps en temps.

 

colombo de porc

Repost 0
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 17:25

http://1.bp.blogspot.com/-pW9dG2zKtQc/TwKvvg_EsoI/AAAAAAAAAYA/szqPyycG9TQ/s1600/affiche+rosemary.jpgRosemary et son mari emménage dans un immeuble qui a une réputation sulfureuse, un magicien y aurait habité. Mais peu importe.

Ils décident d'avoir un bébé et brusquement leurs voisins deviennent très amicaux et de plus en plus impliqués dans la grossesse.

 

Adapté du roman d'Ira Levin, Rosemary's Baby flirte avec le fantastique. Dès le début, quand on est suspicieux de nature, on sent que les voisins sont pas nets. Après bien sûr on se méfie des voisins que l'on a. Faut dire que Minnie Castevet est la voisine que l'on aimerait ne pas avoir.


Rosemary se doute de quelque chose, un ami lui confie ses inquiétudes, son mari ne lui que d'une faible utilité.

La tension va être croissante jusqu'à la révélation finale.


Dans l'ensemble, le film n'a pas trop mal vieilli. Selon Cachou qui a lu le livre avant de voir le film, Rosemary est moins gogole dans le film que dans le livre. Elle se rend plus vite compte qu'il y a un truc qui cloche.

 

Réalisé par Roman Polanski

Avec Mia Farrow, John Cassavestes, Ruth Gordon

Sortie : 17 octobre 1968

Repost 0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 17:37

 

http://4.bp.blogspot.com/_815PoHCJhSQ/S_WeTzv9LWI/AAAAAAAAAYQ/ZXzvMDsbA24/s1600/Katiba.jpgL'agence Providence reprend du service. Elle est chargée de surveiller des médecins en Mauritanie qui pourraient être des terroristes islamistes. Ils entrent en contact avec une jeune femme, veuve de consul, fonctionnaire au Quai d'Orsay. Providence va se doute qu'une action terroriste d'ampleur se prépare.

 

J'ai été étonné de voir l'agence de renseignements privée Providence reprendre du service.

Je m'attendais alors à quelque chose dans la lignée du Parfum d'Adam.

 

Mais non. Archie, créateur de l'agence, est un véritable con, ses caractéristiques sont plus affirmées ici ou bien je ne m'en étais pas rendu compte.

 

L'agent de Providence est peu développé, fade, un peu trop cliché.


Avec le personnage de Jasmine, Rufin aborde le thème du partage entre deux cultures, mais cela est peu convaincant car il reste toujours à l'extérieur, il n'entre jamais dans la tête de Jasmine. Il aborde aussi un thème d'actualité : le terrorisme islamiste avec sa variation au Maghreb. Sujet peut être un peu trop d'actualité car il ne permet d'avoir assez de recul.

 

A chaque fois que j'ai pu lire un roman de Rufin, je l'ai apprécié mais ici j'ai été déçu.

 

2,5/5

 

Katiba, Jean Christophe Rufin, Flammarion, 2010, 391 pages

Repost 0
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 20:20

Pour deux personnes, il vous faut :

2 blancs de poulet

50 g de tomates séchées

50 g de fromage de chèvre

70 à 100 g de pointes d'asperge

 

Pour la préparation ,c'est très simple. Écrasez les blancs de poulet pour avoir une épaisseur de 2 cm. Répartissez dessus les tomates séchées, le fromage et les asperges. Roulez-les serrés et fermez avec un cure dent.

Ensuite faites chauffer de l'huile dans une poêle et faites y cuire le poulet. Servez quand c'est bien cuit.

 

J'étais très enrhumé quand on a fait cette recette, donc je n'ai pas senti grand chose du goût de la bête. Mais selon Cachou c'était très bon.

 

poulet chevre1

Repost 0
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 16:36

 

http://pochetroc.fr/images/jack-vance/la-memoire-des-etoiles/2266087118/XY240.jpgJaro vit sur une planète à l'extrémité de l'Aire Gaianne. Battu à mort par des autochtones, il est recueilli par des ethnologues qui vont l'adopter. Hanté par une voix et amnésique suite à l'agression, il va vouloir se mettre à la recherche de ses origines.

 

Publié en 1996, La Mémoire des étoiles est l'un des derniers romans de Jack Vance et cela se sent.

 

Bien sûr on retrouve des éléments déjà présents dans d'autres romans, ce qui donne une continuité et une cohérence dans l’œuvre.

 

Mais c'est la première fois que je lis un roman aussi long de Vance et cela se sent dans la narration. L'action est longue à se mettre en route et quand ça se construit ça en est presque inintéressant.

D'accord Jack Vance est inventif avec la description de l'organisation de sociétés : dans l'une il faut faire partie d'un club pour pouvoir exister socialement, sinon on est qu'un « nimp » ; dans l'autre rien ne les intéresse, ils considèrent tout ce qui les entoure avec dédain.


Mais qu'est ce que l'on a foutre des investissements immobiliers de certains pontes de la planète, et c'est ça pendant une grande partie du roman. Donc c'est beaucoup d'entourloupes, de magouilles financières.

 

C'est presque si on se demande pas si on est encore dans de la SF.

 

1,5/5

 

La mémoire des étoiles, Jack Vance, Pocket SF, 2003, 475 pages

Repost 0