Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 21:12
Coup de coeur musical du moment: Liberta de Pep's. Je trouve qu'elle met de bonne humeur quand il y a un microclimat de nuages gris qui nous tourne autour.

Il suffit de fermer les yeux et de se laisser porter.




Repost 0
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 15:11

Ceux qui n'auraient pas lu Anatomie d'un crime passez votre chemin parce que ça va spoiler.

Après la mort de sa femme Lynley part en solitaire faire une randonnée pour s'isoler du monde. Mais au cours de celle-ci il découvre un corps au pied d'une falaise. Il va participer à l'enquête qui sera ouverte. Havers sera envoyé de Londres pour renforcer l'équipe mais aussi pour le faire revenir à New Scotland Yard.

 

Lynley est un homme blessé mais il apparaît plus humain, plus accessible, moins aristo.

Elizabeth George a toujours cette grande capacité de description, c'est les Cornouailles comme si on y était.

Il y a une grande place au microcosme local : une mort suspecte et tous les secrets, les non dits ressortent violemment, cela crée des tensions entre les gens mais permet aussi à certains de se rapprocher.

Repost 0
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 22:20
Mon tableau préféré de Matisse: Fenêtre à Tahiti (il y en a plusieurs versions), tableau qui date de 1936.
Le mieux, c'est de le voir en vrai, parce qu'il est très grand et qu'il prend alors toute son ampleur.



Voilà ce que ça peut donner au musée Matisse du Cateau-Cambrésis. (et c'est celle-ci ma version préférée).

Repost 0
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 08:16

Terre Promise raconte le périple de filles estoniennes qui entrent en Israël pour devenir prostitués : leur passage de la frontière égypto- israélienne, leur traversée de la Bande de Gaza, leur transvasement de véhicules en véhicules.

 

Amos Gitai a fait le choix d'un film en quasi documentaire : caméra à l'épaule, tremblante, décors naturels, peu de lumière lors des scènes en obscurité. Mais vers la fin il part vers un aspect nettement plus contemplatif

La scène de la vente des filles comme du bétail devant se déshabiller afin que les mâles acheteurs puissent comparer leurs attributs est répugnante.

Il y a une certaine concupiscence à assister aux séances de violences sexuelles de la part de leurs convoyeurs.

Le film ne réfléchit pas aux causes qui poussent des filles à envisager cette possibilité pour s'en sortir. Si Gitai fait un retour dans le passé d'une fille c'est uniquement pour assister à une chorale religieuse chantant quelque chose du genre « Jérusalem, lieu du Christ, tout y sera bien ».
Le personnage de Rosa est indéfini, on ne sait pas s'il s'agit d'une prostitué ou d'une maquerelle. Il y a beaucoupe de non dits qui ne faciltent pas la compréhension et qui affaiblissent le discours du film.


Réalisé par Amos Gitai

Avec Rosamund Pike, Anne Parillaud, Hanna Schygulla, Diana Bespechni
Sortie : 12 janvier 2005




Repost 0
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 21:25
Allez, un petit lundi de Pâques, on décide donc d'aller pour une journée sur la côte. Déjà sur la route, il y avait beaucoup, beaucoup de brouillard. On se dit que tant pis, ça tombera l'après-midi.

Justement, l'après-midi, petite balade de prévue: on va en voiture jusque Zuydcoote puis aller-retour Zuydcoote/ Bray-Dunes à pied.....le sable et la mer, ça fait du bien. Contre toute attente, le brouillard n'est pas tombé mais semble même être plus dense sur la plage.

Voici quelques petites photos prises pour vous montrer:

                                                   D'accord, sur celle-ci, tout à l'air normal....


                      Ici, on se rend bien compte que les petits bonhommes semblent embrouillardés.

                                                   Et une petite dernière, des dunes.

Et qu'à "l'intérieur des terres", il faisait apparemment bien beau ;)
Repost 0
Published by cachou - dans 3615 mavie
commenter cet article
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 17:54
Voici une recette ultra délicieuse et très simple à réaliser.

Pour la réaliser pour 4 personnes il vous faut:
- 400 g de spaghetti
- 400 g de crevettes crues
- 30 g de beurre ou de margarine
- 1 cuil. à soupe d'huile d'olive
- 6 oignons de printemps hachés
- 1 gousse d'ail écrasée
- 250 ml de crème fraîche
-2 cuil. à soupe de persil frais ciselé

Faites cuire les pâtes, égouttez les et remettez les dans la casserole.
Décortiquer les crevettes.
Faites chauffer le beurre et l'huile dans une poêle. Ajoutez les oignons et l'ail et laissez cuire 1 minute à feu doux. Versez les crevettes dans la poêle, faites les cuire 2 à 3 minutes jusqu'à ce que leur chair change de couleur.
Ajoutez la crème et portez à ébullition. Laissez mijoter jusqu'à ce que la sauce épaississe.
Poivrez et salez.
Versez la sauce et les crevettes sur les pâtes et parsemez de persil ciselé.
Repost 0
Published by cachou et chiwi - dans Papilles et bedons
commenter cet article
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 09:31
Pour la semaine qui vient je mets Gimme Shelter des Stones. Ca ouvrait  le film The Departed et c'était pas une mauvaise idée. C'était aussi une manière pour Scorsese d'honorer un groupe qu'il apprécie.

Quant à moi, j'ai choisi All you need is love, des Beatles (ben sûr). Chanson proposée hier par Chiwi pour m'enlever la nouvelle de Bénabar (vous voyez: ààààà la campaaaaagne....), que je n'aime pas mais qui pourtant me reste en tête.

Repost 0
Published by cachou et chiwi - dans A fond dans les oreilles
commenter cet article
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 19:20
Sidney Orr est un écrivain qui vient de se remettre d'un accident dont on ne croyait pas qu'il sortirait vivant. Il vit avec Grace, qui l'a soutenu et le soutient encore lors de son rétablissement.
un jour, en se baladant, Sidney entre dans une papeterie et est attiré par des carnets provenant du Portugal. C'est grâce à l'un de ces carnets qu'il va se remettre à écrire. A chaque fois qu'il ouvre celui-ci il est d'ailleurs propulsé dans une séance d'écriture intense.

Pendant une partie du roman, nous allons suivre le héros inventé par Sidney: Nick Bowen est un éditeur célèbre qui décide de changer de vie du jour au lendemain à cause d'une gargouille qui a failli le tuer. Il prend ça comme un signe du destin et s'en va sur un coup de tête.

La majorité du roman est néanmoins concentrée sur la vie de Sidney et de Grace. Leur meilleur ami, John Trause, est écrivain et ami de longue date de la famille de Grace. Au fur et à mesure du roman, Sidney va comprendre le lien particulier reliant sa femme et Trause tout en continuant à l'aimer.

J'aime beaucoup Paul Auster et ce roman ne m'a pas déçue. on retrouve toujours la plume et le style très fluide de cet écrivain.
Néanmoins, je n'ai pas tout à fait compris le lien entre les deux "parties" du roman: est-ce que l'histoire de Bowen doit nous éclaircir sur celle de Sidney? Est-ce que cette partie n'est là que pour nous montrer que ce qui est écrit peut parfois se refléter dans la réalité? mystère....
J'ai trouvé que le fait que Sidney n'essaye pas de continuer son histoire et qu'il laisse son héros enfermé sans pouvoir ne plus jamais sortir assez frustrant. Je crois qu'en fait j'aurais aimé savoir la suite, et ne pas l'avoir est un peu ce qui fait que cette histoire dans l'histoire tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. Pourquoi prendre la peine de développer une histoire, de lui donner autant de détails si c'est pour la laisser tomber ainsi par la suite?

Malgré ce petit bémol, c'est un livre sympathique qui reste rapide à lire et avec lequel on passe un bon moment.

Repost 0
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 08:21

Alors voici une petite curiosité: un clip de Judas Priest. Avec un titre pareil on pressent que ça va être rock 'n' roll.
Le narrateur raconte que sa vie est merdique, il sent seul, frustré. Alors pour mettre un peu d'action dans sa vie enfreindre la loi.
L'album, sorti en 1980, est à resituer dans un contexte de crise économique, sociale et culturelle en Angleterre.
Judas Priest continue sur la lancée du No Future des Sex Pistols.
Alors ici l'infraction à la loi est le braquage d'une banque mais les braqueurs utilisent leurs guitares pour menacer les clients présents.


Repost 0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 22:13

 Eugène Henri Jean-Paul Gauguin, appelé Paul Gauguin est né à Paris en 1848 à Paris. Après des études à Orléans et un travail dans la marine marchande, en 1870 Gauguin devient agent de change. Commence alors une vie bourgeoise, pendant laquelle il va s'intéresser à l'art et débuter dans le peinture (il participera notamment à quelques expositions impressionnistes de 1876 à 1886).
En 1882, il quitte son emploi et se consacre totalement à la peinture. Au fil du temps, il rencontre Pissarro et Van Gogh.


La belle Angèle, 1889

En 1887 il voyage autour du monde avec Laval, ce qui va inspirer Gauguin dans son art indigène. Il travaille à l'école de Pont-Aven et se lie de plus en plus d'amitié avec Van Gogh, avec qui il va cohabiter à Arles.
En 1891, il est ruiné et part à Tahiti et aux îles Marquises où il va rencontrer son modèle, Tehura, mais où il va également tenter de se suicider en 1894.
Il mourra en 1901 aux îles Marquises.


Arearea, 1892
Repost 0