Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 19:56

http://www.images.hachette-livre.fr/media/imgArticle/LgfLivreDePoche/2008/9782253112488-G.jpgBotanniste américain arrivant à Paris où il doit retrouver un collègue pour des recherches sur les organismes génétiquement modifiés, Martin Harris est victime d'un accident qui le plonge dans le coma.

 

Lorsqu'il en sort, il retourne chez lui et découvre qu'un autre Martin Harris vit là, sa femme ne veut plus le reconnaître. Se heurtant à des gens qui le prennent pour un fou alors que lui le prend pour des menteurs, il va chercher à savoir qui il est véritablement.

 

 

Hors de moi est un court roman, qui se lit sur une soirée. Je l'ai "malheureusement" lu après avoir vu le film Sans identité. Donc question suspense, c'était un peu éventé.

Malgré tout, les divergences d'avec le film permettent de ne pas avoir l'impression de revoir le film.

Le récit à la première personne permet plus d'interrogations, des questions sur qui je suis réellement, pourquoi les autres sont comme ça avec moi. L'aspect neuropsychologique est quand même un plus par rapport au film. C'est peut-être fantasque mais on se rend que des fois on ne peut pas échapper à ce que l'on est malgré tous les formatages possibles.

 

4/5

 

Hors de moi, Didier Van Cauwelaert, Le Livre de poche, 2003, 216 pages

Repost 0
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 08:54

http://www.decitre.fr/gi/50/9782081208650FS.gifAri McKenzie, officier des Renseignements Généraux, reçoit un coup de fil d'un vieil ami qui demande à le voir le plus rapidement possible.

 

Une fois sur place Ari découvre que son ami a été assassiné. Malgré les mises en garde de sa hiérarchie, il va se lancer dans une enquête difficile et dangereuse.

 

C'est un bon thriller pour les vacances.

 

Il y a de nombreux éléments pour une enquête accrocheuse : l'ésotérisme (avec la loge de Thulé), des mouvements peu connus ou aimant la discrétion (compagnons ou franc-maçons), des gunfights, des nazis comme méchants (depuis Indiana Jones, je trouve que le nazi fait un bon méchant).


Ari doit se méfier de ceux qui lui en veulent car il les embête dans leurs recherches mais il doit aussi se méfier de son administration : ceux qui classent des dossiers "secret défense" plus vite que leur ombre.

 

4/5

 

Le Rasoir d'Ockham, Henri Loevenbruck, Flammarion, 2007, 449 pages

Repost 0
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 19:14

Les côtes de porc, ça peut être bon. Surtout si on trouve des recettes qui changent un peu de l'ordinaire.

En voici une qui vient du Canada: le sirop d'érable, ça ne trompe pas!

 

Pour deux personnes, vous aurez besoin de:

- deux côtes de porc

- 50 ml de sirop d'érable

- du thym et du romarin

- 1 petite CS de moutarde

- 100ml d'huile d'olive

- un peu de jus de citron

 

Mélangez tout d'abord le sirop d'érable, la moutarde, l'huile d'olive, le jus de citron ainsi que le thym et le romarin dans un bol.

Incisez les côtes de porc puis faites-les mariner 1h ou plus dans le mélange que vous venez de faire.

 

Au bout de ce temps, faites griller les côtes 6 à 7 minutes de chaque côté.

 

Et voilà!

 

cote porc sirop derable thym

Repost 0
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 08:42

http://metalkids.fr/IMG/arton874.jpgInternet !!! Qu'est ce qu'on faisait avant que ça soit aussi généralisé?

 

Grâce à Internet, encore une fois, je redécouvre des albums, en ce moment c'est Screaming for vengeance de Judas Priest.

 

Je connaissais principalement "British Steel" et j'accrochais moyennement sur des albums comme "Painkiller" ou "Ram It Down".

 

L'album est plein de bons trucs comme "Riding with the Wind" ou "You've got another thing comin'".

Mais le plus culte reste "Electric Eye" avec son intro "The Hellion".

 

Bien sûr il y en a qui tiqueront sur la tenue du groupe et surtout sur celle de Rob Halford, ils penseront qu'ils sortent d'une soirée avec les Village People. Ben à l'époque les groupes  de Heavy s'habillaient comme ça .

 

 

Repost 0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 08:06

 

« Est méchant tout homme qui contraint ses semblables à l'obéissance pour atteindre ses buts personnels, détruit la beauté, provoque la douleur, supprime la vie. »

 

http://www.cultura.com/ressources/products/4/4/10/4/1/345130.jpg

Le Prince des étoiles

 

Kirth Gersen n'était qu'un enfant lorsque sa ville a été attaquée par les Princes-Démons, cinq êtres qui ont en commun un mépris pour la vie humaine et un goût pour le vice et la cruauté. Sauvé par son grand-père, il va suivre une longue formation dans l'Oecumène dans le but de retrouver les cinq Princes-Démons et de les faire souffrir autant qu'ils ont pu faire souffrir.

 

Le Prince des étoiles est l'histoire d'une vengeance mais aussi d'une sorte de purification d'éléments perturbateurs de l'histoire de l'humanité. Le personnage principal est une sorte d'anti héros, il est un peu difficile de s'y attacher. Les filles qu'il rencontre s'en rendent compte assez vite.

Mais je crois que ce qui compte le plus c'est la description de la civilisation qui s'est étendue à des planètes nouvelles, ce qui donne une richesse et une diversité des situations intéressantes et distrayantes.

Le problème est que les romans qui forment la série sont assez courts, une fois que l'on en a fini un on a envie de connaître la suite. C'est bien dommage que je ne les ai pas trouvé publié en intégrale.

 

Le prince des étoiles, Jack Vance, Le Livre de poche SF, 1964-2004, 318 pages

 

 

La Machine à tuer

Kerth Gersen, après avoir éliminé Malagate, continue à rechercher les princes démons qui ont massacréhttp://www.libristo.com/var/image-product-18524_width_100.jpg son village et réduit en esclavage les survivants. Lors d'une mission pour la CCPi (Compagnie de coordination de police internationale), il retrouve la trace de Kokor Hekkus

 

La Machine à tuer est le deuxième volet de la Geste des Princes Démons.

 

Comme dans le premier volet les princes démons sont très bien insérés dans l'Oecumène et il faut toujours attendre les dernières pages pour savoir derrière quel personnage le prince démon se cachait.

Chaque chapitre est introduit par un extrait de texte permettant d'expliquer des éléments de l'Oecumène sans plomber le récit d'explications nombreuses.

Ce roman est d'une lecture facile et rapide pour peu qu'on accepte de voyager dans l'espace.

J'apprécie la richesse de l'invention : Interéchanges a un rôle dans le kidnapping spatial. Cette société fournit sa caution aux transactions, elle paie le kidnappeur et garde le kidnappé jusqu'à ce que celui-ci puisse s'acquitter de sa rançon.

 

La machine à tuer, Jack Vance, Le Livre de poche SF, 1964-2004, 281 pages

Repost 0
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 08:37

http://miriampanigel.blog.lemonde.fr/files/2010/11/la-tache_.1290864601.thumbnail.jpgA la veille de sa retraite, Coleman Silk, universitaire, est accusé d'avoir tenu des propos racistes à l'encontre d'étudiants. Face à l'ampleur de la mobilisation contre ses propos, il démissionne de son poste de professeur et de doyen.

 

Croyant être tranquille, une lettre anonyme met à jour sa relation avec une femme de ménage dont le mari, vétéran du Viet-Nam, veut se venger pour la mort de leurs enfants. Coleman va se confier à Nathan Zuckerman pour qu'il écrive son histoire.

 

La Tache a été écrit au beau milieu de l'affaire Lewinsky. Le roman permet ainsi à Philip Roth de critiquer les mœurs américaines, cette focalisation quasi-maladive sur les affaires à caractère sexuelle, focalisation qui se fait bien sûr au détriment de la critique de l'action politique des hommes au pouvoir.

 

C'est aussi l'histoire de Coleman Silk qui a tout fait au cours de sa vie pour changer de destin, s'échapper du chemin tracé par sa famille. Ce qui entraine pour lui le port d'un lourd secret, secret pour qui pourrait le sauver de l'accusation de racisme mais qui pourrait aussi le décrédibiliser.

 

Coleman arrive à se sortir du déterminisme vers lequel sa famille aurait pu le porter. Ce qui n'est pas le cas de Delphine Roux, française exilée aux Etats-Unis, qui en croyant pouvoir sortir de certains carcans français ne fait que rentrer dans le moule de l’hypocrisie de la pureté des actes.

 

Donc le sujet abordé est intéressant mais je dois avouer que le milieu du livre, avec la multiplication des longs récits des histoires des personnages secondaires m'a moyennement plu.

 

La Tache (The Human Stain), Philip Roth, Folio, 2004, 479 pages

 

3,5/5

Repost 0
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 08:13

http://bibliotheque.eleusis.pagesperso-orange.fr/Le%20feu%20sacre.jpgCatherine Velis et Alexander Solarin ont réussi à cacher les pièces du Jeu de Montglane. En 2003, leur fille se retrouve confronté à des énigmes qui ont un rapport avec le Jeu. Elle va alors se lancer dans une recherche pour trouver des réponses à ses questions.



Autant le dire tout de suite, cette suite du Huit est nulle et inutile. L'alternance entre récit contemporain et récit historique est inexistantes et le peu qu'il y avait j'ai ressenti un ennui sérieux.

Le personnage d'Alexandra, la fille de Catherine et Alexander, est exaspérante. Elle se pose toujours des questions, elle m'a paru d'une bêtise.


Ce fut aussi une lecture éprouvante parce que les personnages changent de camps toutes les dix pages, on ne sait jamais à quoi s'en tenir.

J'ai eu l'impression que Katherine Neville avait écrit un roman pour donner satisfaction à ses lecteurs et à ses éditeurs, c'est une suite à un roman qui dans sa structure n'en avait pas besoin.

J'avais bien aimé Le Huit, original et prenant mais j'ai détesté lire le Feu Sacré. Je l'ai fini parce que ça n'aurait pas été honnête de le critiquer sans l'avoir lu en entier.

0.5/5

 

Le Feu Sacré, Katherine Neville, Le Cherche-Midi, 2009, 496 pages

Repost 0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 21:25

Les pâtes, c'est trop bon et c'est tout simple. Tout ce qu'il faut quand on n'a pas trop envie de cuisiner mais qu'on veut quand même bien manger.

 

Pour les penne aux lardonc et au tomates, pour deux personnes, vous aurez besoin de:

- 120g de penne

- 100g de lardons

- un petit piment réduit en poudre

- un demi oignon

- 200g de tomates pelées

 

Commencez la cuisson de vos pâtes.

Faites revenir l'oignon coupé en lamelles et les lardons dans un peu d'huile puis jetez l'huile et ajoutez les tomates et le piment.

Faites mijoter quelques minutes.

 

Et puis....servez les pâtes en les nappant de sauce!

 

pâtes lardons tomates piquantesFAIT

 

source: site "délices du monde"

Repost 0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 18:06

http://img.tvmag.lefigaro.fr/ImCon/Prog/20111028/ms_47636288_the-tourist.jpgL'histoire : Franck Tupelo se rend à Venise pour se remettre d'une déception amoureuse. Il rencontre alors une femme qui va lui demander de passer pour quelqu'un d'autre. Il va alors entrer dans un engrenage où des policiers britanniques et des gangsters en auront après lui.

 

Mon avis : (c'est nécessaire d'en avoir un sur ce film?) Johnny Depp est dans un rôle autre que celui de Jack Sparrow ou ceux que lui procure Tim Burton, on le voit enfin vieillir (à moins qu'on ne l'ait maquillé).


Angelina jolie est dans un rôle très bling-bling, elle est à la limite du rôle dans une pub pour parfum où il faut du glamour.


Paul Bettany est un peu limité dans le rôle du flic obtus qui veut à tout prix attraper sa proie mais échoue à chaque fois.

 

C'est l'histoire d'une manipulation, Johnny Depp n'est rien qu'un pantin entre les mains des policiers pour pouvoir procéder à une arrestation mais on se rend compte de l'invraisemblance de l'histoire quand on découvre le dénouement.

 

Pour moi il n'y a pas grand chose à sauver de ce film, l'intrigue et le rythme sont plats. Les deux principaux acteurs, on dirait qu'ils s'emmerdent.

 

Titre V.O. : The Tourist

Réalisé par Florian Henckel Von Donnersmarck

Avec Johnny Depp, Angelina Jolie, Paul Bettany, Rufus Sewell, Timothy Dalton

Sortie : 15 décembre 2010

Repost 0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 11:08

http://www.yozone.fr/IMG/jpg/Deepsix_200p.jpg2233, une expédition archéologique sur la planète Maleiva tourne à la catastrophe. Vingt ans plus tard, la planète est menacée de destruction.


Des scientifiques sont envoyés en urgence pour récupérer des éléments de la civilisation qui a pu occuper la planète. Mais ceux-ci se retrouvent bloqués au sol dans l'incapacité de repartir en orbite. Une opération de sauvetage avec les moyens du bord est lancée.



La lecture de ce Space opéra m'a fait penser à un film assez quelconque de SF.
Il y a les personnages principaux, antagonistes pour créer de la tension. Mais bien sûr le journaliste pédant se révèle être un compagnon d'infortune pas si mauvais que ça.


Il y a une multiplication des personnages secondaires pour accroître les points de vue mais ils n'ont pas plus de substances que ça.


Certains passages sont longs, peu intéressants.


Au fond je me retrouve dans le même état d'esprit que pour les Ingénieurs de l'Anneau Monde de Larry Niven.



2,5/5

 

Deepsix, Jack McDevitt, Le livre de poche, 2007, 635 pages

Repost 0