Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 14:21

Dans une ville en Italie, un couple dont le mari travaille au Parti et elle qui est dans l’immobilier de luxe embauche un ami du mari pour administrer leur demeure. L’administrateur va tomber amoureux de la femme. Pour éviter toute histoire il se rend plusieurs par semaine chez une femme qui tient un chenil pour chiens en fin de vie. Leur relation purement platonique au début va se transformer en amour. Apprenant l’existence de l’autre femme, l’épouse va renvoyer l’administrateur.

 

Ayant lu une nouvelle de Balzac où la maîtresse n’était pas prise en compte, où elle n’avait pas d’existence, alors Elisabetta Rasy a décidé d’écrire ce court roman. Pour ma part je trouve l’absence de dialogue, l’absence noms pour les personnages masculins donne un ensemble impersonnel.

A vouloir faire un roman comme un hommage, ça donne quelque chose de dispensable.

Repost 0
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 19:05

Shizuku Kanzaki est le fils d’un œnologue reconnu mais il n’a aucun goût pour le vin. Lorsque son père décède il découvre qu’il a un frère adoptif. Le testament de son père lui fait l’obligation de découvrir douze grands crus pour pouvoir profiter de son héritage.



Lorsque les Gouttes de Dieu est paru en France il y a eu un gros buzz, alors je me suis dit que j’allais quand même m’y mettre.

Ça peut paraître étonnant un manga sur le vin, (c’est un peu comme si les brésiliens faisaient une BD sur les frites). Ce premier épisode est un une sorte d’initiation pour les novices : comment reconnaître un bordeaux d’un bourgogne grâce à la bouteille par exemple. Des efforts sont faits pour donner une idée du goût ressenti par les personnages lorsqu’ils boivent du vin. Ça donnerait presque envie de s'y mettre (de la publicité déguisée??). Bien sûr l’histoire peut paraître simplette, mais avec ce volume il y a une apparition d’enjeux que Shizuku ne connaît pas qui vont rendre intéressante la suite.

Par Tadashi Agi et Shu Okimoto


 


Repost 0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 18:50

Si Zweig s’est intéressé à Fouché c’est qu’il incarne à ses yeux le pur animal politique. Il est à la fois un traître, un intriguant, un transfuge professionnel La comparaisons avec un reptile est sûrement ce qui permet le mieux de caractériser Fouché.

Le plus intéressant est sa relation avec Napoléon, il aura été son ministre mais il l’aura toujours tenu dans sa main grâce à son système policier et d’informateurs. Il lui aura permis d’arriver au pouvoir mais c’est lui qui favorisera sa chute.

On peut croire que tromper les gens, les trahir paye à la vue de la carrière de Fouché. Heureusement l’Histoire met fin à sa carrière avec une certaine moralité.

« Tardivement mais avec usure, Fouché paiera la faute qu’il a commise en ne servant jamais une idée, une passion morale de l’humanité, mais toujours uniquement la faveur précaire du moment et des individus ».

Repost 0
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 09:14
Découverte BD de la semaine: "Ashrel -t.1: Dragon", de Valp. (Le blog de la dessinatrice ICI)

Pahn, jeune palefrenier à la cour est recherché par le prévôt car il vient de s'enfuir. Il va rencontrer Ashrel, qui est quant à lui en train de fuir des paysans qui veulent le tuer car il a ressuscité  son patron.

Le deux jeunes garçons vont faire route ensemble en tentant de fuir Chandras, la prévôt du royaume et de trouver du travail.

J'ai flashé sur cette BD au premier coup d'oeil, c'est souvent comme ça d'ailleurs: les illustrations sont superbes et c'est un plaisir à suivre.
L'album semble être sorti cette année et c'est bien dommage: j'ai envie de savoir la suite!!! Il va donc falloir attendre avec impatience pour savoir où vont attérir nos deux héros et connaître leurs aventures. Le premier tome pose le décor et permet de connaître les personnages, j'espère donc que les suivants permettront de voir un peu plus d'action (seul tout petit mini bémol ici).



Repost 0
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 08:35
Manolosanctis est un site de BD partagées. Je suis tombée dessus un peu par hasard, grâce au blog de Miss Bean et c'est une idée génialissime!!!

En fait ce sont des auteurs de BD qui mettent leurs travaux en ligne. D'après ce que j'ai pu voir pour le moment, ce qui est posté ne fait en général pas plus de dix pages.
C'est vraiment intéressant de pouvoir s'intéresser, divaguer et se laisser porter par les images!! C'est un chouette concept un peu du même genre que youtube.

Le site est ICI. Et moi j'en profite pour vous mettre "Pour quelques centimètres" de Miss Bean.


Repost 0
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 07:45

Une nouvelle drogue fait des ravages parmi ses consommateurs. Celle-ci donne aux utilisateurs une sensation d’invincibilité mais peut chez certains les faire disjoncter. La Netforce est ainsi chargée par la DEA de mener une enquête sur les transactions sur le Web.

Ce roman est écrit comme une série TV. On entre pas tout de suite dans l’intrigue, on rappelle la situation des différents protagonistes. Par rapport à une autre série de roman de Clancy il y a plus d’humour, les personnages sont plus attachants. Mais l’intrigue ne fait pas preuve d’une grande complexité. Ça se laisse lire mais on oublie presque aussi vite que l’on l’a lu.





Repost 0
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 13:42
Joséphine est une chercheuse au CNRS d'une quarantaine d'années, elle est mariée à Antoine et a deux filles, Hortense et Zoé.
Antoine est au chômage et n'arrive pas à reprendre pied. Il trompe sa femme et finit par la quitter et va refaire sa vie en Afrique avec Mylène. Là-bas, il monte un élevage de crocodiles pour un chinois.

Toute l'histoire tourne autour de Joséphine. A partir de ce personnage, on va découvrir tous ceux qui l'entourent et entrer dans leurs vies.
Sa mère et son beau-père, avec qui elle est par amour de l'argent.
Sa soeur, qui en a assez d'être une potache et décide d'entraîner notre héroïne dans ses désirs d'écriture.
Shirley, sa meilleure amie qui cache un lourd secret.

Dans les premières pages du livre, il faut s'habituer à passer d'un personnage à l'autre mais à partir du moment où on a appris à les connaître, ça se met en place tout seul.
C'est un roman qui parle de la vie: de ses bonheurs et de ses peines, de l'amour, de l'envie de s'en sortir et d'évoluer. C'est peut-être cela qui le rend si intéressant: les personnages ne sont pas vraiment hors du commun et l'on peut facilement s'identifier à eux.
A cela, ajoutez un style très agréable et facile à lire....en finissant le livre je me suis dit: "heureusement qu'il y a une suite!", on a envie de savoir ce que deviennent tous les personnages et de les suivre encore un peu dans leurs aventures.

Repost 0
21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 18:11

Il va être dur de revenir  sur ce qui a déjà été dit sur Frida. Je ne suis pas habitué aux biographies donc je ne m’attendais à quelque chose de précis. Dans le cas présent la biographie alterne des morceaux de reconstitution et des passages d’autoportrait. Ce qui est marquant dans la vie de Frida c’est l’omniprésence de la douleur. Celle-ci a débuté avec la poliomyélite puis a été ensuite aggravée avec l’accident de tram. Toute au long de sa vie elle aura enchainé les opérations tout aussi douloureuses qu’inefficaces.

Cependant son engagement politique est un peu passé sous silence. L’auteure parle avec plus de facilité de ces relations sentimentales dont notamment Léon Trotsky.


 


Repost 0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 18:28

Le roman met en scène Marilyn et le psychanalyste, Ralph Greenson, qui l’analysé les trente derniers mois de sa vie.

 

Le roman n’est pas fondé sur des documents privés qui auraient permis d’apprendre des choses, il se base sur des entretiens, des biographies, des articles professionnels. Comme ceux sont des sources secondaires.

Le découpage des chapitres est assez labyrinthique, la chronologie des événements en prend un coup.


Il permet juste de découvrir Marylin comme une névrosée, une accro aux médicaments, attendant toujours sa piqûre comme un coureur du tour de France. Il met aussi en lumière les relations entre Hollywood et le monde psy. Quasiment tous les acteurs avaient été ou étaient analysés. Les psys jouaient le rôle de consultant, de scénariste sur les films. J’ai eu l’impression que ce monde avait gangrené le monde du cinéma. C’est la psychanalyse qui se dévoie.


Lorsqu’intervient la mort de Marilyn, l’écrit perd de son intérêt. Greenson ne m’intéresse pas et je me fous de savoir ce qu’il est devenu.

Repost 0
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 18:24

Nahel ange intrigué et avide de comprendre les comportements humains passe plus de temps sur Terre auprès des hommes qu ‘au Paradis. Les démons ayant un compte à régler avec les Anges vont utiliser cette habitude pour se venger.

Le dessin est peu statique mais l’histoire est assez originale : le scénario est de Desberg à qui l’on doit Le Scorpion, IRS. Oui avec Desberg aux commandes on peut être sûr que l’histoire va être bien foutue.

Bine sûr on a à faire aux démons qui sont des anges déchus et des anges jaloux prêts à tout pour arriver à faire disparaître leurs adversaires.

Les Immortels pourraient mettre fin à l’éternel questionnement sur le sexe des anges : il y en a des deux sexes et ils ont des émotions.


 


Repost 0