Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 08:10

Simon Archard est un détective renommé et efficace. Il est à mi-chemin entre Sherlock Holmes et Harry Dickson. Mais son assistante est un peu plus sexy que le docteur Watson ou bien Tom Wills. Il se rapproche de Dickson en ayant une antagoniste récurrente : Dickson avait sa Georgette Cuvelier, Archard a sa Miranda Cross.

C'est une BD policière matinée de fantastique : présence de gargouilles, Emma Bishop, l'assistante, possède le pouvoir d'arrêter le temps mais après trois volumes on n'en sait pas plus à ce sujet. Ce qui est dommage c'est que ce pouvoir apparaît au début de la série et on n'en parlera plus dans le troisième volume.

C'est un format inhabituel pour une BD ( 29 sur 22,5, plus large que haut donc). C'est un dessin que j'apprécie : précis et réaliste (même s'il est sûrement réalisé par ordinateur). Ce qui est regrettable c'est que sur certaines planches c'est un peu le fouillis et parfois écrit un peu petit.

 

Trois volumes : 1. L'affaire Miranda Cross

                           2. Némésis

                           3. Apparences

Scénario Mark Waid, dessin : Butch Guice

Repost 0
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 08:53

Voulant retracer la réalité sociale de son époque, Zola a entrepris d'écrire une grande fresque sociale au travers de sa série sur les Rougon-Macquart sous-titrée "Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire", ce qui indique bien le but de l'auteur. Cette saga regroupe vingt romans dans lesquels Zola décortique l'évolution d'une famille sur plusieurs générations.
C'est ici l'essence même du naturalisme: être au plus proche de la réalité, relater ce que la société a de bon mais aussi et surtout ses travers, Zola ne cherchant pas à embellir les faits.

L'Assommoir, qui est le septième roman de la série, se concentre sur les ouvriers, le petit peuple.
C'est l'histoire de Gervaise Macquart qui nous est relatée dans ce roman. Tout au long de l'histoire, nous assistons à la déchéance de celle-ci.
Au départ, petite blanchisseuse amoureuse de Lantier, elle va connaître l'abandon de son amant et la vie dans la misère. Puis elle épouse Coupeau, zingueur, qui va finir par tomber d'un toit et par sombrer dans l'alcool.
Gervaise, devenue entre temps patronne d'une blanchisserie ne peut alors plus suivre financièrement, Coupeau n'apportant plus de revenus.
Elle devra alors vendre sa blanchisserie et finira sa vie presque dans la rue, dans la misère et la prostitution.


Ce roman a été l'un des plus grand succès de Zola, il a également été très critiqué à cause de sa vision très proche du réel: les gens préfèrent de pas être confrontés à ce qu'il se passe autour d'eux.
Repost 0
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 08:21


C'est un poème en prose qu'une fille que j'apprécie m'a fait découvrir, en me disant que la fille que j'aime apprécierait. Ça a été le cas.

Ce poème de Baudelaire fait partie du Spleen de Paris. Un autre poème ayant un sujet similaire se trouve dans les Fleurs du Mal, sous le titre La Chevelure.


Laisse-moi respirer longtemps, longtemps, l'odeur de tes cheveux , y plonger tout mon visage, comme un homme altéré dans l'eau d'une source, et les agiter avec ma main comme un mouchoir odorant, pour secouer des souvenirs dans l'air.
Si tu pouvais savoir tout ce que je vois! tout ce que je sens! tout ce que j'entends dans tes cheveux! Mon âme voyage sur le parfum comme l'âme des autres hommes sur la musique.
Tes cheveux contiennent tout un rêve, plein de voilures et de mâtures; ils contiennent de grandes mers dont les moussons me portent vers de charmants climats, où l'espace est plus bleu et plus profond, où l'atmosphère est parfumée par les feuilles et par la peau humaine.
Dans l'océan de ta chevelure, j'entrevois un port fourmillant de chants mélancoliques, d'hommes vigoureux de toutes nations et de navires de toutes formes découpant leurs architectures fines et compliquées sur un ciel immense où se prélasse l'éternelle chaleur.
Dans les caresses de ta chevelure, je retrouve les langueurs des longues heures passées sur un divan, dans la chambre d'un beau navire, bercées par le roulis imperceptible du port, entre les pots de fleurs et les gargoulettes rafraîchissantes.
Dans l'ardent foyer de ta chevelure, je respire l'odeur du tabac mêlé à l'opium et au sucre; dans la nuit de ta chevelure, je vois resplendir l'infini de l'azur tropical; sur les rivages duvetés de ta chevelure je m'enivre des odeurs combinées du goudron, du musc et de l'huile de coco.
Laisse-moi mordre longtemps tes tresses lourdes et noires. Quand je mordille tes cheveux élastiques, il me semble que je mange des souvenirs.



Repost 0
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 19:43

Rudyard Kipling est né en décembre 1865 à Bombay, l'Inde étant encore alors sous l'emprise coloniale de l'Angleterre. Il rejoint l'Angleterre à l'âge de six ans où il vit dans une famille d'accueil dans laquelle il restera jusqu'à ses douze ans. Pendant ces six années, la vie semble ne pas avoir été facile, Rudyard se sentant très délaissé et brimé par la maîtresse de maison.


A la fin de ses études il travaille à Lahore (Pakistan) en tant qu'assistant dans un journal local. En 1886, il commence,à composer des nouvelles pour ce même journal.
Son premier recueil , Simples contes de collines, paraît en 1888. Ils vont ensuite se succéder, Kipling ne cessant d'écrire: six recueils sont publiés pendant l'année qui suit.

Après un séjour aux Etats-Unis, il revient à Liverpool où commence sa vraie carrière littéraire.
Kipling voyage beaucoup, sa vie se fait entre les Etats-Unis et l'Angleterre où il connaît des moments difficiles.
Kipling sera à l'apogée de sa gloire pendant la première décennie du XXe siècle. Il reçoit le Prix Nobel de littérature en 1907.
Il meurt en 1936, à l'âge de 70 ans.

                                          ......................................................................................................................

Histoires comme ça est un recueil de ce que l'on appelle des contes des origines: comment les choses sont-elles telles qu'on les connaît maintenant?
Dans ce recueil (plutôt littérature jeunesse), composé de douze nouvelles, Kipling décrit par exemple Comment le chameau eut une bosse ou Le début des tatous.

C'est un petit livre rapide à lire et sympa, c'est joliment écrit. On sent la poésie qu'a voulu faire passer  de l'auteur et puis je trouve intéressant d'imaginer comment les choses en sont arrivées là où elles sont maintenant...



Repost 0
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 08:22

Myron Tany, abandonné sur une planète par sa tante, se voit contraint de s'engager sur le vaisseau- cargo Glicca. Il va alors faire la connaissance du capitaine Maloof, de Wingo, le cuisinier et de Schawtzendale.  Il va les suivre dans leur voyage.

 

On pourrait classer facilement ce roman dans la science-fiction, moi je le vois comme un space opera. On voyage de monde en monde, on découvre à chaque fois de nouvelles manières de vivre. Les voyages permettent ainsi aux personnages de s'interroger sur la nature et les moyens d'atteindre Lurulu ( un état de satisfaction, pourquoi pas l'ataraxie des grecs ?). C'est aussi un éloge de l'amitié : Tany ayant hérité de la luxueuse ville de sa tante se refuse à y rester tout seul et rembarque avec ses amis .

J'espère que ce livre puisse réconcilier ceux qui sont fâchés avec la science- fiction ou space opera avec ce genre.


Repost 0
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 17:26

Recueil d'une dizaine de nouvelles, Histoire de réussir nous relate des histoires de vie.
Ca va du gamin qui veut inscrire sa mère à l'émission "reine d'un jour" en passant par l'histoire d'une rencontre amoureuse ou encore par la façon dont trois "héros" banlieusards réussissent à trouver la fortune en s'associant pour protéger les gens du quartier.

Russell Banks signe ici un recueil de nouvelles bien écrit et entraînant. Elles ne sont pas toujours roses, voire rarement : les personnages de ses nouvelles sont souvent des gens pauvres et un peu paumés, pas toujours ancrées dans la vraie vie et c'est ce qui en fait le charme: parfois on est tout à fait dans ce pourrait réellement se passer et d'autres fois l'imaginaire prend le pas.



Repost 0
Published by cachou et chiwi - dans Des pages et des mots
commenter cet article
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 08:07

Eurynome, magicien, confie à Darius deux enfants portant le pouvoir du Dragon. Tant qu'il les aura avec lui, lui et ses armées seront invincibles. Vingt cinq ans plus tard, Dante et Jeanne sont devenus les généraux les plus admirés de l'armée de Darius. Alors qu'ils mènent leur dernière bataille contre les barbares, Darius, furieux que Jeanne porte le fils de Dante les laisse mourir, et s'empare ainsi du succès. Dante, ressuscité par Eurynome et devenu le berceau de la force du Dragon, va lever une armée chez les barbares pour venger la mort de celle qu'il aimait. 

 

C'est une BD assez sombre qui mixe différents éléments de civilisations historiques (les armées de Darius sont en armure lourde ; Aachen, la capitale de Darius est une copie de la Rome antique). Principalement portée sur la guerre les batailles me semblent à peine évoquées. On se focalise plus sur les rapports entre les personnages et la motivation de leurs actes : colère, pouvoir, haine.

Avec une couverture qui laisse présager de belles choses pour les dessins, mais ce n'est qu 'une impression. 

Dessin : Robin Recht

Scénario : Gabriel Delmas

Repost 0
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 08:16
Napoléon III a gagné à Sedan. Lors de l'exposition universelle à Paris des extraterrestres ont fait leur apparition et ont proposé une alliance avec le dictateur. Mais il existe une résistance menée depuis Guernesey. Jules Verne répond à l'appel de son vieil ami Babirossa pour aller prendre contact avec les extraterrestres sur la Lune.

Ce qui est original c'est de faire se dérouler un roman de science fiction à la fin du XIXème siècle.
On se retrouve avec les gens de lettres, réels ou fictifs, du XIXème siècle : Victor Hugo, Verne, Louise Michel, Isidore Bautrelet (journaliste crée par Maurice Leblanc et apparaissant dans Arsène Lupin). Il est intéressant de voir Verne découvrant que la plupart de ses inventions alors qu'il les avait seule le saittoujours pensé plus ou moins irréalisables. Cependant je trouve qu'il y a un certain égoïsme des rebelles: ils se replient sur la Lune et laisse le chaos en Europe et notamment en France. Leur volonté de se libérer du tyran est ainsi terni.
Ce roman se lit d'une traite. J'ai découvert Johan Héliot parce que à la fin du mois il y a le Salon du livre et de la BD fantastique et de science fiction à Liévin, donc il faut bien faire ses devoirs. Mais je ne regrette pas de l'avoir choisi au hasard.


Repost 0
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 11:00

Partie à la recherche de La mécanique du coeur (livre dont j'ai l'impression que tout le monde parle en ce moment, j'avais envie de me faire ma propre idée) dans ma petite médiathèque, j'ai été déçue de le voir déjà emprunté...mais pas de panique, Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi était là. Livre du même auteur, la couverture m'a attirée et le thème aussi.
De plus, il ne faut pas oublier que Mathias Malzieu est également le chanteur de Dionysos
-heu...j'hésite...je le dis?? J'adore Dionysos- donc ça m'a un peu intriguée.

Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi est le deuxième livre de Mathias Malzieu. Il l'a écrit lors de ma mort de sa mère, ce qui explique le thème de ce roman.

Le narrateur vient de perdre sa mère, il rencontre alors différents sentiments liés à celle-ci tels que la tristesse et la colère. Il va nous emmener vers sa propre "guérison": à l'aide d'un être imaginaire, Giant Jack, il va surmonter ces sentiments et réussir à continuer à vivre.

Ce roman traite donc de la mort, de ce que l'on ressent lorsque l'on perd quelqu'un d'important pour nous. Il retrace le chemin psychologique que l'on parcourt pour surmonter ce deuil. Mathias Malzieu traite ce thème lourd de façon poétique, en liant le réel et l'imaginaire.
C'est un livre qui n'est bien sûr pas très joyeux mais très agréable à lire.



 

Repost 0
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 20:11

De mon côté aussi, article BD ce soir, mais dans un autre genre.

Luuna fait partie de la tribu des Paumanoks, elle voit les esprits de la forêt et communique avec eux.
Dans le premier tome, l'héroine doit trouver son totem: l'animal qui la guidera et la suivra dans la vie. Malheureusement, sa quête se fait lors d'une nuit spécial, celle d'Unkui, esprit maléfique. Luuna aura donc un totem double, celui du loup: le loup blanc plutôt "gentil" et le loup noir qui prend possession de la jeune fille toutes les nuits de pleine lune et qui peut l'amener à faire des désastres.   

L'aventure consistera donc à permettre à Luuna de se débarrasser de son double totem pour qu'elle puisse rejoindre sa tribu.

scénario: Didier Crisse
dessin: Nicolas Keramidas

Repost 0
Published by cachou et chiwi - dans Des pages et des mots
commenter cet article