Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 18:20

Hé non, malgré le titre de ce livre, il n'est cette fois pas issu de la littérature jeunesse.
Celui-ci a été écrit par notre cher Georges Orwell (mais si, vous savez, celui de 1984).

Petit résumé: les animaux d'une ferme se révoltent contre les hommes qui selon eux les surexploitent sans contre-partie. Ils croient que tout irait mieux s'ils s'autogéraient. Au début, chacun essaye d'écouter l'autre et ils décident de tout ensemble, des règles sont établies et les animaux ne veulent plus avoir affaire à l'Homme. Malgré tout, les cochons finissent par prendre le pouvoir (l'air de rien) et les autres animaux se retrouvent à nouveau exploités.

Cette histoire n'est pas sans rappeler quelques petites choses qui se sont passées dans notre histoire et qui pourraient encore arriver...
Tôt ou tard, l'un ou l'autre aura toujours soif de pourvoir, c'est en partie pourquoi une société totalement égalitaire ne peut pas exister.

Repost 0
Published by cachou et chiwi - dans Des pages et des mots
commenter cet article
26 avril 2008 6 26 /04 /avril /2008 09:46
Voici un roman d'espionnage assez court de Robert Littell. Et oui le père de Jonathan des Bienveillantes. Alors que son fils se focalise sur la Seconde gurre mondiale, Robert Littell officie sur la Guerre froide et surtout la période qui suit la chute de l'empire soviétique.

L'action se situe aux Etats-Unis après la fin de la guerre froide et la fin de la guerre du Golfe. Finn un ancien militaire ayant quitté l'armée avec pertes et fracas vivote jusqu'au jour où poursuivi par la police il se réfugie dans une réserve indienne. Découvrant que les indiens qui tiennent un casino se font racketter, il veut savoir par qui. Il croisera la route d'un homme étrange chargé de l'éliminer. Celui-ci étonné par le courage de Finn va se ranger de son coté et ils vont chercher qui a commanditer sa mort.
Avec leurs recherches on entre dans un monde où des barbouzes croient encore que la Russie n'a pas abandonné le communisme et qu'elle serait prête à envahir les Etats Unis.
C'est un monde violent, où il n'y a pas de bons ni de méchants, juste des gens qui se battent pour des idées et qui sont prêts à toutes  les extrémités pour arriver à les imposer.

Par moments on quitte le roman d'espionnage pour entrer dans un récit un peu plus contemplatif mais cela n'enlève en rien le rythme du récit.
Repost 0
Published by cachou et chiwi - dans Des pages et des mots
commenter cet article
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 19:27

Hé oui, de la littérature jeunesse!! Quoique Roald Dahl, ça peut se lire à tout âge, n'est-ce pas?

Petit résumé: Charlie vit dans une toute petite maison avec ses grands-parents (qui dorment à quatre dans un même lit, ça en a bien fait rire certains) et ses parents. Ils sont très pauvres et se cotisent tous les ans pour acheter à Charlie une plaque de chocolat Wonka pour son anniversaire.
Ne voilà-t-il pas qu'un jour Willy Wonka lance un grand concours: cinq tickets d'or sont cachés dans cinq plaquettes de chocolat à  le monde. Les cinq enfants qui les trouveront aurons l'immmmmmense honneur de visiter la chocolaterie fermée jalousement à toute personne depuis des années.
Charlie réussit à trouver l'un de ces tickets et va donc visiter la chocolaterie. Il sera le seul enfant à ne pas toucher à tout et n'importe quoi comme cela leur avait été demandé et donc à ne pas avoir d'aventure négative. Il sort par conséquent gagnant, Wonka lui dévoile que ce sera lui l'héritier de la chocolaterie.

Comme tous les livres de Roald Dahl, celui-ci est surprenant et plein d'imagination. Il nous emméne vers un univers qui n'existe pas mais qui est néanmoins enchanteur. Charlie est très attachant et les autres enfants sont très....surprenants!
Un livre à lire sans hésitation. Un film à voir également sans hésitation, ne serait-ce que pour la prestation de Johnny Depp.

Repost 0
Published by cachou et chiwi - dans Des pages et des mots
commenter cet article
20 avril 2008 7 20 /04 /avril /2008 17:21

Aujourd'hui, je n'ai pas trop d'idées et je suis un peu paresseux pour faire un article. Alors j'ai trouvé une citation qui peut un peu faire réfléchir.

" Le mépris pour une fonction se marque d'abord par la rémunération plus ou moins dérisoire qui lui est accordée." Pierre Bourdieu

Repost 0
Published by cachou et chiwi - dans Des pages et des mots
commenter cet article
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 10:41

Elizabeth George , est l'un des rares écrivains américains ayant réussi à écrire des romans  à l'anglaise. Elle réussi aisément à recréer l'atmosphère londonienne ou celle de la campagne anglaise, Atmosphère typique que l'on ressentait dans les romans de P.D. James.

Elle a crée ses deux enquêteurs: Barbara Havers et Sir Thomas Linley. Ils sont présent dans une grande majorité des ses romans. Mais leur présence n'est pas exclusive. Mal d'enfant laissait une place importante aux habitants du village où se déroulait l'enquête.

C'est encore le cas avec Anatomie d'un crime. Il faudra attendre les 20 dernières pages pour avoir enfin le lien avec les autres romans de la série.
Ici on suit trois enfants, dont le père a été assassiné, dont la mère est internée, abandonnés par leur grand-mère à leur tante.
Ils vont essayer de se créer une vie dans ce quartier qu'ils ne connaissent pas. Ils vont vite découvrir la délinquance. L'aînée d'abord mais après une condamnation à des TIG, on sentira la volonté de s'en sortir. C'est le parcours de Joel qui sera le plus inquiétant. Possédant certaines capacités de rédaction, il grillera ses chances de réussiren s'alliant avec un caïdlocal pour protéger sa soeur et son frère.
Le roman est une lente ascension vers un point de non retour, jusqu'à la rencontre fatale avec Lady Helen, la femme de Thomas Linley ( je ne vous raconte pas comment cela finit).

Le roman n'est pas vraiment un policier, je le verrai plutôt comme un descendant des Rougon-Macquart. Où on prend une famille et son milieu et l'on voit ce qu'il est possible de se passer. L'atmosphère est plus crue, plus violente que les romans d'Elizabeth George. Et il fait réfléchir.

Repost 0
Published by cachou et chiwi - dans Des pages et des mots
commenter cet article
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 17:57

Un petit livre qui m'a vraiment touchée et que par conséquent je vous recommande: La petite fille de Monsieur Linh, de Philippe Claudel.

Monsieur Linh est un vieil homme qui fuit son pays en guerre. Il emporte avec lui sa petite fille, seule famille qui lui reste et se promet de lui donner une vie meilleure que la sienne.
Après un long voyage en bateau, le héros se retrouve en France où il doit partager sa chambre avec d'autres familles chinoises.
Un jour où il décide de sortir, il rencontre un homme. Ils ne se comprennent pas mais vont devenir amis jusqu'au jour où Monsieur Linh est placé en maison de retraite, loin de ce -et de ceux- qu'il avait commencé à apprécier et à connaître, il s'échappe et essaye de retrouver son ami. Cette fugue se terminera tragiquement...
Tout au long de l'histoire, Monsieur Linh s'occupe avec beaucoup d'attention de sa petite fille et fait tout pour qu'elle soit bien. Cette petite fille qui n'en est peut-être pas une.....

Le tour de main de Philippe Claudel est très réussi, je ne me suis pas doutée une seconde de la révélation qu'il fait à la fin du roman, même si quelques indices sont laissés çà et là.
C'est un livre assez triste même s'il raconte l'espoir d'un grand-père qui veut tout braver pour que sa petite fille soit heureuse: le contexte de l'histoire est de par lui-même poignant et ne peut que nous émouvoir.

Repost 0
Published by cachou et chiwi - dans Des pages et des mots
commenter cet article
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 18:19
Aujourd'hui je vais vous parler d'un petit livre que j'ai lu, un Que Sais Je de Nicolas Tenzer, Histoire des doctrines politiques en France.

Cet ouvrage permet d'avoir une première approche des doctrines politiques du Moyen Age jusqu'à nos jours. Le problème c'est qu'il faut faire le tour du sujet en un nombre limité de pages. Ainsi les thèses abordées le sont d'une manière rapide et la concision ne permet pas toujours une appréhension facile. Il faut alors lire ce livre avec d'autres ouvrages d'histoire des idées politiques pour compléter. Il me parait intéressant pour une première approche philosophique des conceptions de l'Etat.

L'ouvrage permet de découvrir des auteurs du Moyen Age et de la Renaissance ayant un discours très actuel, notamment en ce qui concerne la séparation de l'Eglise et de l'Etat ( les Italiens devraient s'y replonger).

Deux citations ont attiré mon attention.
La première est de Montaigne: " Ce qui est hors des gonds de coutume, on le croit hors des gonds de raison".
La seconde est de Montesquieu: " une âme corrompue par le luxe est ennemie des lois".  Elle me semble pouvoir s'appliquer aux comportements des grands de ce monde.
Repost 0
Published by cachou et chiwi - dans Des pages et des mots
commenter cet article