Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 06:33

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/2/4/5/9782253012542.jpgLe Professeur Lindenbrock, oncle du narrateur, découvre par hasard un manuscrit dans lequel un scientifique du XVIIème siècle prétend avoir pénétrer l'écorce terrestre pour voyager au centre de la Terre. Impétueux , le Professeur va se lancer dans l'aventure et son neveu va le suivre malgré tous les dangers.

 

Voyage au centre de la Terre est sûrement le roman de Jules Verne le plus fantasque. S'enfoncer vers le coeur de la Terre, découvrir des forêts de champignons géants, se retrouver nez à nez avec des monstres préhistoriques, naviguer sur une mer souterraine gigantesque, tout cela la science le nierait aujourd'hui.

 

Mais à l'époque cela prouvait que la science était incomplète, insatisfaisante. Et Jules Verne à combler ce vide par un tel récit . Au delà d'une approche scientifique datée, Voyage au centre de la Terre est un formidable roman d'aventure. Les rebondissements sont présents, avec l'impétuosité du Professeur  on ne sait jamais vers où on va aller.


En faisant vivre des monstres du jurassique, Jules Verne n' était que le prédécesseur de Spielberg et de son Jurassic Park.

 

LogoChalengeSfff2

Repost 0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 12:21

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/2/7/2/9782355840272.jpgThomas Lang, ancien militaire spécialisé dans le renseignement, se voit proposer un contrat pour tuer quelqu'un. Il refuse la proposition et va prévenir celui qui aurait pu être sa future victime. Mais il va mettre le doigt dans une machination où il ne sera qu'un pion.

 

Extrait : "Il m'a appris que je répondais désormais au nom de Durrell. J'ai demandé à choisir autre chose, mais il a dit non, c'était déjà inscrit dans le dossier "Opération Bois Mort". J'ai voulu savoir ce qu'il pensait de Tipp-Ex : c'était "encore plus bête", je n'aurai qu'à m'habituer à Durell".

 

Tout est sous contrôle est un roman publié outre Manche en 1996, sa publication tardive en français n'est qu'un coup commercial. L'éditeur profite du succès qu'a Hugh Laurie dans Dr House pour le le publier et n'hésite pas à faire des rapprochements entre House et le roman. Ce qui est fallacieux.


Thomas Lang a un côté comique, cool, qui se sort de toutes sortes de situations, une sorte de James Bond avec plus d'humour.


L'intrigue est tarabiscotée à la Ludlum. Les personnages sont des stéréotypes classiques : vendeurs d'armes qui puent le fric, barbouzes pas nettes de la CIA, terroristes pas très malins.


Ça se laisse lire mais ça se laisse aussi vite oublier.

 

3/5

 

Tout est sous contrôle, Hugh Laurie, Sonatine, 2009, 380 pages

Repost 0
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 06:00

http://photos.be.com/image/accessoires/gadgets/livre/gadgets-les-haut-de-hurlevent-fibre-vegetale-noir-livre-523124523-128909.jpgLockwood, un citadin, veut s'isoler à la campagne, loin de la capitale. Une demeure est à louer près de Wuthering Heihts. Ayant décidé de la louer, il rencontre son propriétaire, son fils et sa belle-fille. L'accueil qui lui est fait le fait tomber des nues.

Malade, il se fait raconter l'histoire de la famille de son propriétaire par sa femme de charge.

 

Les Hauts de Hurle-Vent n'est que le récit long, trop descriptif, trop détaillé de la lutte entre deux familles.

Les hommes sont des rustres sans nom ou des maladifs congénitaux; les femmes sont sans cervelle ne croyant pas ce que leurs yeux leur montrent.

Le roman est une description bien sûr peu idéalisée des campagnards mais cela est peut être même un peu trop caricatural.

J'ai moyennement accroché sur le style narratif comme le fait que le roman ne soit qu'un rapport sans fin des malheurs de la famille.

Il n'y a rien à sauver de ces familles, elles ne pensent qu'à s'insulter, à ourdir des complots à envisager la mort des autres.

Le roman se finit sur une note positive mais que trouve trop tardive.

 

2/5

 

Les Hauts de Hurle-Vent (Wuthering Heights), Emily Brontë, Le Livre de poche, 1968, 441 pages

 

3863695305

Lu dans le cadre du Challenge Nécrophile, catégorie auteur mort avant 35 ans

Repost 0
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 17:51

Lorsque le frère de Sarah meurt, celle-ci décide de partir là où il a en partie vécu à la fin de sa vie: au Japon, dans une petite bourgade côtière où de nombreuses personnes viennent pour mourir en se laissant tomber des falaises.

Elle met alors en doute son mariage, sa vie parfaitement heureuse -peut-être trop?

Là où son frère avait retrouvé la sérénité, elle va être assouvie de questions qui la remettent en cause. Connaissait-elle vraiment ce frère avec qui elle avait pu être si proche? La vie qu'elle mène correspond-elle vraiment aux valeurs qui lui semblaient les plus importantes?

 

A la base, j'aime beaucoup Olivier Adam. Dans Le coeur régulier, il nous entraîne à la rencontre de personnages intrigants et que l'on a envie de mieux connaître comme Natsume, l'homme qui aide les personnes au bord du suicide à s'en éloigner.

Le cheminement de Sarah, qui espère se rapprocher de son frère dans ce lieu emblématique pour lui, ne va pas être longiligne. Ces tergiversations vont nous montrer la vraie Sarah, celle qui va peut-être finir par émerger derrière le personnage qu'elle s'était créé.

 

http://4.bp.blogspot.com/_uh9TQpcA_Hk/TCBbHE8B7hI/AAAAAAAABCo/iLtN8JWNH4c/s1600/le+coeur+r%C3%A9gulier.jpg

Repost 0
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 15:30

Encore une fois il a fallu assouvir ce vice qui est de remplir une bibliothèque (qui déborde un peu beaucoup maintenant), le pire c'est qu'on ne lit pas tant que ça les livres qui sont dedans.

 

Il a bien fallu faire découvrir Emmaus Nieppes à Cachou. Il y a un grand choix de romans au format livre de poche. C'est un peu plus dure de trouver des choses intéressantes pour les livres grand format.

Alors on a trouvé enfin un Fortune de France, le neuvième de la série; Cachou a trouvé Rien de Grave de Justine Lévy, et puis en poche Les Raisins de la colère, Terre des hommes, Marie Stuart de Stefan Zweig, L'île de Robert Merle et La Faim du tigre de Barjavel.

 

emmnieppes300711

 

Ensuite on est repassé par la ressourcerie des Weppes, vu que c'était sur le chemin.

On en a trouvé trois chacun : Le charme noir et La femme sous l'horizon de Yann Quéfellec et La Cité des sortilèges de Han Suyin pour Cachou; Solaris de Stanislas Lem, Sahara de Clive Cussler et Alexis Zorba de Nikos Kazantzaki.

 

weppes300711

Repost 0
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 17:19

http://images-eu.amazon.com/images/P/2221079507.08.LZZZZZZZ.jpgUne expédition en Amazonie est décimée par une créature monstrueuse. Mais les caisses d'objets qu'elle avait pu réunir sont rapatriées à New York.


Dix ans plus tard, au Museum, des corps sont déchiquetés de manière horrible. La rumeur selon laquelle il y aurait un monstre en liberté dans le musée se répand.

 

Superstition fait un mélange de science et d'horreur. Même si l'agent Pendergast apparaît, pour la première fois, ce sont les scientifiques qui sont mis en avant.

Ce sont eux qui mènent l'enquête pour comprendre la nature de la créature qui sème la panique dans le musée.

La seconde partie n'est qu'une grande chasse à l'homme : qui c'est qui va se faire croquer en premier? J'espérais toujours l'incompétent de service ou l'arriviste qui ne veut pas accepter la réalité.

 

Superstition est le premier roman de la série Pendergast, celui-ci est discret mais on apprend assez de choses pour pouvoir apprécier le personnage : cultivé, une apparence fragile qui cache un esprit incisif qui n'hésite pas à jouer le bulldozer.

 

Superstition a quand même un côté suranné. Écrit il y a quinze ans, 250 Go de données c'était une masse importante d'informations.

 

3,5/5

 

Superstition, ( Relic), Douglas Preston et Lincoln Child, Robert Laffont Best Sellers, 1996,  450 p.

Repost 0
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 10:13

 

http://lireetvoir.l.i.pic.centerblog.net/2kfaghpa.jpgLes Dames du Lac reprend la légende arthurienne mais se place du côté des femmes, ce qui est un moyen pour redonner un souffle à cette légende. Il est vrai que quand on parle d'Arthur, on se focalise sur lui et ses chevaliers, à la rigueur on considère Guenièvre comme importante. Mais le reste des personnages féminins étaient inexistants.


J'ai un peu été perdu au début parce qu'il y avait la présence de personnages que l'on ne connait pas beaucoup dans la légende arthurienne.

 

Il est ironique de voir Guenièvre, élevée en chrétienne, demander à Arthur de renier son serment d'honorer les anciens rites. La renonciation ne va apporter que du malheur. Elle ne fait que répéter ce que Ève a fait à Adam. La femme catholique qui veut voir disparaître les anciens rites ne fait que mettre en péril l'équilibre du monde dans lequel elle vit.


Les Dames du Lac permet de voir un affrontement entre les anciennes croyances païennes, tels que le druidisme et le christianisme qui se développe. Une dimension à laquelle je n’avais pas pensé. Avec Les Dames du Lac, on se réinsère dans un contexte historique, car pour moi Arthur était toujours déconnecté d'une quelconque historicité.

Donc une lecture un peu déroutante au début, mais une fois on est dedans l'histoire se déroule. Ce volume se finit et j'ai eu envie de connaître la suite, par chance j'ai trouvé le deuxième volume.

 

4/5

 

Les dames du lac, Marion Zimmer Bradley, Le Livre de Poche, 1988, 442 pages

 

Lu dans le cadre du Challenge ABC

Repost 0
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 19:23

Alala, j'aime énormément la façon de dessiner d'Arthur de Pins. Ca faisait un moment que je zieutais sa dernière BD: Zombillénium.

 

Forcément, je savais que ça serait bien ^^. Je n'ai pas été déçue!

 

L'histoire: Aurélien Zahner est un simple mortel qui se fait malencontreusement renverser par un squelette et un vampire partant au travail.

A partir de là, la vie mort d'Aurélien va prendre une tournure toute différente. Il va être embaucher à Zombillénium pour vendre des barbes à papa. Mais va-t-il être un vampire ou un loup-garou...ou autre chose??

En parallèle, il va rencontrer Gretchen, sorcière de son état et qui a un secret bien caché.

 

Vous l'avaez déjà deviné, j'ai beaucoup aimé. j'aime le dessin mais aussi l'histoire, sympa et menée avec humour ainsi que les personnages qui ont chacun leur petit caractère!

 

http://www.carrefourdescultures.com/wp-content/uploads/2010/09/Zombill%C3%A9nium-T1-CDC.com-CarrefourDesCultures.gif

 

une petite video teaser est disponible sur you tube et dailymotion mais je n'ai pas réussi à la mettre ici. je cherche et je reviens! :)

 

Repost 0
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 09:29

 

http://media.librairiedialogues.fr/49/attachments/large/9/9/7/000122997.jpgLe narrateur dont la folie se développe est placé dans un hôpital psychiatrique. Il va en sortir avec l'aide d'une jeune femme qui n'est pas non plus très équilibrée.

 

Le narrateur, qui est fou, nous livre à travers un journal ce qui se passe autour de lui, l'évolution de sa maladie. La distinction entre ses hallucinations et la réalité est toujours assez malaisée.

 

C'est un livre que j'ai entamé avec une certaine appréhension et que j'ai terminé sans grande conviction. Je m'y suis beaucoup ennuyé, je n'ai absolument pas accroché cette façon qu'a le narrateur de s'analyser dans ses moments de lucidité.

 

 

Le Journal d'un fou, Takehiro Irokawa, P. Picquier, 1991, 205 pages

Repost 0
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 18:08

 

http://eu.muttpop.com/var/eu/storage/images/show-and-tell-le-blog-de-jerry-frissen/city-demain-les-chiens/53530-1-fre-FR/City-Demain-les-chiens.jpgDemain les chiens est un roman présenté comme des contes que se racontent les chiens le soir auprès du feu.


Cette série de huit contes est présentée par l'éditeur, qui est un chien, qui la commente en utilisant les pensées d'autres chiens. Ceux-ci ou contestent leur caractère véridique ou bien acceptent les tels quels et font ainsi des humains des quasi-divinités.


Les huit contes proposent une vision plutôt optimiste d'une situation post-apocalyptique. Les humains ont perdu leur instinct grégaire et quittent tous la cité, ce qui rend celle-ci complètement obsolète et met fin à la politique. Puis les humains vont préférer adopter une autre forme animale qui leur permet de pouvoir profiter plus pleinement des capacités de communication et ainsi de trouver le bonheur. A côté de cela les chiens se voient doter de la parole. Le meurtre a complètement disparu


Il permet d'interroger sur les faits qui permettront à une nouvelle espèce pensante d'émerger.


Le style de Simak est simple et abordable. Mais des fois cela peut paraître un peu trop simpliste, il aborde beaucoup de thèmes intéressants. Toutefois il les survole sans trop les approfondir ce qui par moment est frustrant.

 

4/5

 

Demain les chiens (City), Clifford D. Simak, J'ai lu, 1970, 310 pages

 

LogoChalengeSfff2

Repost 0