Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 17:45

grille-de-securite1

 

Voilà presque quatre ans que Cachou et moi avons fait naitre ce blog. Ecrire à quatre mains c'était une bonne idée. Mais il fallait de la motivation, Cachou n'en a pas eu tout le temps. Moi je vous avoue que sur la fin c'était dur.

 

Alors plutôt que d'essayer de faire vivre un blog qui représentait un certain état d'esprit, j'ai trouvé que c'était mieux me lancer dans un autre blog, à ma façon.


Cachou va essayer de se remettre à alimenter son blog couture parce qu'elle a des choses à faire, que ce soit pour elle ou pour quelqu'un d'autre.

 

Voici la nouvelle adresse : Les Balades livresques de Chiwi

 

Et non ce n'est pas un poisson d'avril, même si c'est le jour.

Published by Cachou et Chiwi
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 16:32

 

http://www.devoir-de-philosophie.com/images_dissertations/28339.jpgTitre : L'Enigme des Blancs-Manteaux

Auteur : Jean-François Parot

Editeur : 10/18 Grands Détectives

Année : 2006

377 pages

Note : 4/5

 

L'histoire : Nicolas Le Floch, jeune breton, est envoyé à Paris par son parrain assez brusquement. Sur recommandation de celui-ci il se voit confier par M. de Sartine, lieutenant général de police, une mission de surveillance qui va vite se transformer en une enquête pour meurtre.

 

Ce que j'en pense : C'est le genre de roman qui se dévore très facilement, on plonge rapidement dans cette intrigue policière dans le Paris du XVIII° siècle.

On se retrouve dans un Paris sale (pour ne pas dire plus), dangereux et brouillon.

Le Floch est un personnage sympa, un jeune homme un peu innocent mais qui comprend vite les âmes de ses congénères ; aussi débutant en tant que policier ce qui lui amène des doutes. A l'intrigue policière on peut ajouter une intrigue autour de la naissance de Le Floch.

L'introduction d'éléments de médecine légale est assez étonnante pour l'époque, ce qui est intéressant c'est que c'est le bourreau qui sert d'expert et non les médecins car ceux-ci ont des connaissances médicales trop étriquées.

 


27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 15:58

Pour 6 personnes il vous faut :

- 100 g de farine

- 150 g de crême fraiche

- 4 oeufs

- 150 g de lardons fumés

- 100 g de gruyère rapé

 

 

Dans une poele faites revenire les lardons fumés. Puis égouttez-les.

Versez la farine dans un saladier, ajoutez les oeufs et battez au fouet pour obtenir une pâte homogène. Puis incorporez la crème et le lait. Ajoutez les lardons et le fromage et continuez à bien mélanger.

Versez la préparation dans un moule.

Cuisez dans un four préchauffé à 180° pendant 30 minutes.

Laissez refroidir avant de démouler.

 

quiche sans pate

26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 17:30

http://www.noosfere.com/jackvance/covers/plan_geante.jpgTitre : La Planète Géante (Big Planet); Les Baladins de la Planète Géante ( Showboat World)

Auteur : Jack Vance

Editeur : Le Bélial

Année : 2003

376 pages

Note : 2,5/5 et 3,5/5

 

 

La Planète Géante

 

L'histoire : En mission pour la Terre, un groupe d'hommes doit enquêter sur un trafic d'êtres humains et d'armes qui a eu lieu sur la Planète Géante. Mais saboté leur vaisseau s'écrase. Devant faire face à l'hostilité des autochtones, le groupe va tenter de rejoindre l'Enclave Terrienne.

 

Ce que j'en pense : La Planète Géante, c'est un monde géant, des ethnies nombreuses et disparates constituées des minorités de la Terre qui ont préféré s'exiler plutôt de subir la majorité sur la Terre.

Mais j'ai eu l'impression que Vance voulait tout dire en 200 pages. Il ne prend pas le temps d'entrer dans les détails, donc le voyage fait office de catalogue.

Le personnage principal m'a énervé, il s'en sort toujours même s'il ne fait pas toujours preuve de prudence; il est peu observateur, il ne reconnaît pas des personnes alors qu'il les a fréquenté quelque temps. Une sorte de "blond" interstellaire.

Le roman se finit en queue de poisson, on reste dans l'incertitude.

 

 

 

Les Baladins de la Planète Géante

 

L'histoire : Apollon Zamp se voit inviter à participer à un concours de spectacle organisé par un puissant roi. Mais ayant perdu son bateau-théâtre à la suite de manoeuvres vicieuses d'un de ses concurrents, il va devoir nouer une alliance improbable avec un excentrique pour pouvoir participer au concours.

 

Ce que j'en pense : L'idée de ce deuxième roman est plus originale : des bateaux-théâtres sillonnant les eaux d'une rivière importante et des troupes se produisant dans les ports où ils accostent.

Mais encore une fois on échappe au catalogue des ethnies. La trame a un caractère répétitif : accostage, représentation, fuite parce que le spectacle plaît moyennement.

Encore une fois je trouve la fin assez facile, un retournement de situation qui arrange tout le monde.

 

 

 

Les deux romans consacrés à la Planète Géante me paraissent assez seuls. Certes il y a une richesse,  originalité mais Jack Vance ne rentre pas assez dans les détails. Ce qui fait que ce monde ne parait pas assez vrai.

21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 18:24

http://www.bibliotheque.leslilas.fr/portail/images/stories/coupsdecoeur/septembre2011/jayne%20mansfield%201967%20de%20simon%20liberati.jpgTitre : Jayne Mansfield 1967

Auteur : Simon Liberati

Editeur : Grasset

Année : 2011

195 pages

Note : 4/5

 

29 juin 1967, entre Biloxi et La Nouvelle Orléans, une voiture se retrouve encastrée dans l'arrière d'un semi-remorque. A bord il y avait Jayne Mansfield, star à Hollywood, sur le déclin, ancien sex-symbol des années 50.

 

Simon Liberati s'intéresse à une "actrice" dont on a tous entendu parler mais que l'on connaît peu. En effet à la même époque il y avait des actrices qui ont mieux réussi (comme Marylin Monroe).

 

Liberati livre le résultats d'un travail de fouilles.Il exhume tous les éléments de la vie de Mansfield dans les neufs mois qui ont précédés sa mort. Il relate ça avec un style sec, presque officiel. Il n'y a pas de pathos, voici les faits et pensez ce que vous voulez.

 

Tout tourne autour de l'image publique que Mansfield veut montrer. Ce n'est pas pour rien qu'elle a été considérée comme la star la plus photographiée du monde. A partir du moment où sa notoriété décline tous les moyens sont bons pour revenir sur le devants de la scène : intégrer l'Eglise Satanique d'Anton LaVey, se produire nue et interpréter des chansons dans des bouis-bouis miteux. Tous les moyens étaient bons même si cela pouvait la faire considérer comme immorale.

 

Bien sûr il n'y avait pas que la notoriété qui était en déclin. Son corps s'avachissait à cause d'une mauvaise vie ou de la consommation abusive de cristaux de LSD. Elle portait (et collectionnait) les perruques pour dissimuler son crâne chauve suite à l'utilisation de l'eau oxygénée.

 

Elle avait eu de nombreux maris. Son amant au moment de l'accident venait de quitter sa famille et sa femme malade, il s'endettait pour parier, la battait en lui parlant d'amour.

 

Les circonstances de l'accident, les interrogations suscitées, les suppositions fausses mais qui ont gardé valeur de vérité ont permis à Mansfield d'être sortie de l'underground où elle s'enfonçait et de devenir une icône dramatique grâce à un accident à la James Dean.

 

18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 18:22

Over the Top : Le Bras de fer

http://img.movieberry.com/static/photos/11124/poster.jpgL'histoire : Lincoln est routier. Il a quitté sa femme et n 'a pas cherché à connaitre son fils. Alors qu'elle est mourante, elle lui demande de s'occuper de lui. Mais le beau-père de Lincoln veut à tout prix récupérer son petit fils que ce soit par la violence ou par la corruption.

 

Ce que j'en pense : "Quand je retourne ma casquette, je fais le vide, je deviens... comme ce camion. Une machine."

 

Rien que cette phrase permet de comprendre ce que sera Over The top (je trouve le titre V.F. nul). Un beau nanar, inégal, imparfait, suintant les bons sentiments.


Routier mais aussi champion de bras de fer, Stallone ne combat pas que pour l'argent. Il veut conquérir l'amour de son fils qu'il a délaissé. Soit-dit en passant le fils est quand même une belle plaie, à rabaisser autant qu'il peut son père. Mais il s'en fout de se balader avec une veste où il manque une manche.

Que c'est mignon les séances d'entraînement père-fils, à l'aube, dans le désert.


Le championnat du monde est le moment pour Lincoln de faire ses preuves. Petit outsider il se retrouve opposé à des monstres : Grizzly qui mange des cigares et boit de l'huile de vidange; Bull qui ne voit dans son adversaire qu'un bras à péter. Motivé il réussit à arriver en finale. Ça donne un combat épique contre Bull, ça sue de partout, les muscles et les veines sont prêts à éclater. Comme c'est le bon gars, Stallone ne peut que gagner le championnat. En gagnant cela il gagne l'amour de son fils.


Bide commercial total pour Stallone, cela est compréhensible quand on voit le personnage de Lincoln qui ne semble plus adapté à l'ambiance cinématographique (trop simple).

 

Titre V.O. : Over the Top

Réalisé par Menahem Golan

Avec Sylvester Stallone, Robert Loggia, Susan Blakely, Rick Zumwalt

Sortie : 8 avril 1987

 

 

L'Assaut

http://www.cinematon.fr/wp-content/uploads/2010/12/affiche.jpg

L'histoire : 24 décembre 1994, quatre membres du GIA prennent en otages les passagers d'un Airbus devant rallier Paris sur l'aéroport d'Alger.


Les terroristes exigent la libération de leurs camarades emprisonnés et le décollage immédiat de l'avion. Il faut des longues et tendues négociations pour que l'avion puisse quitter l'Algérie.


Le 26 décembre, l'avion se pose à Marseille. Le GIGN va donner l'assaut pour empêcher que les terroristes ne fassent redécoller l'avion pour le faire exploser au-dessus de Paris.

 

Ce que j'en pense : La prise d'otage de l'Airbus a certainement un des évènements les plus marquants de ma vie d'enfant. Je me souviens encore des vidéos de l'assaut qui passaient en boucle.


Mais ça ne restait qu'un fait sans mise en perspective avec la politique et l'histoire. Julien Leclerq en se saisissant de cet évènement, fait comme les médias de l'époque. Il isole la prise d'otage et ne la met pas en perspective.


Malgré cette absence de profondeur, L'Assaut reste un film correct. Il présente le G.I.G.N. de manière humaine, pas des gros bras décérébrés qui foncent dans le tas et pensent après.


Le personnage de la technocrate des Affaires étrangères m'a un peu gêné, trop ambitieuse, elle veut se frotter aux gens qu'elle connaît que sur le papier et fait presque dans son froc quand elle y est confrontée. Elle s'impose aux chefs de cabinet et aux ministres, sans se gêner.


L'utilisation d'une teinte proche du noir et blanc donne un aspect documentaire mais est assez vite lassant, et nous ferait presque plonger dans la dépression.


Le film passe une longue partie sur les tractations entre les terroristes et les autorités, pendant ce temps le groupe d'assaut se prépare. Lorqu'arrive l'assaut, l'action est rallongée. Une action qui faisait deux minutes trente passe à dix minutes. Les ralentis sont plus qu'utilisés pour donner de l'émotion.

L'Assaut est le film d'un réalisateur qui débute, il commet donc des maladresses, il y a des imperfections mais cela reste un film à tension sérieux sur un évènement marquant.

 

Réalisé par Julien Leclerq

Avec Vincent Elbaz, Gregori Derangère, Mélanie Bernier, Aymen Saïdi

Sortie : 9 mars 2011

17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 17:50

http://www.decitre.fr/gi/74/9782757809174FS.gifTitre : Contes Barbares (The Brother Grimm)

Auteur : Craig Russell

Edition :Points Thriller

Année : 2008

442 pages

Note : 4,5/5

 

L'histoire : Un après la chasse à l'Aigle Sanglant, l'équipe de Fabel est redevenue opérationnelle. Mais elle doit faire face à une série de meurtres reprenant les thématiques des Contes des frères Grimm.

 

Ce que j'en pense : Contes Barbares est le deuxième épisode des enquêtes de Fabel, on retrouve l'équipe au complet moins le membre tué dans l'épisode précédent (je vais pas spoiler quand même).

 

L'immersion au sein des termes allemands concernant les institutions policières ou politiques est moins violente que dans le précédent roman.


Après avoir abordé les mythologies germanique et scandinave, Craig Russell se sert des contes des frères Grimm. Ils lui permettent d'aborder ce qu'est un conte, à quoi il sert. Certains passages m'ont donner envie de me replonger dans Bruno Bettelheim. Le tueur en série a bien sûr les antécédents familiaux (classiques) qui font de lui un tel monstre. Mais l'utilisation des contes trame pour son oeuvre donne une autre dimension au roman.


Contrairement au précédent, Russell ne fait pas une fin violente pour les personnages. Au contraire, la fin est violente, sèche, par son horreur.

Fabel navigue dans des eaux troubles : horreur, violence mort mais il semble moins déprimé que certains de ses collègues scandinaves (Wallander, Winter). Peut-être que sa vie personnelle est moins chaotique, moins désertique. Et ça j'apprécie.

 

En deux romans Craig Russell a crée un monde où règne le glauque, la violence, la mort, la saleté. Bizarrement, on en redemanderait.

16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 17:41

saumon grillé aux nouilles

  • 4 filets de saumon
  • 2 cuillerées à soupe de sauce soja

  • 250 g de nouilles de riz

  • 2 cuillerées de graines de sésame

  • 1 cuillerée à soupe d'huile de sésame

  • 1 cuillerée à café de gingembre frais râpé

  • 2 gousses d'ail écrasées

  • 2 cuillerées à soupe de cassonade

  • 1 cuillerée à soupe de xérès sec

  • 2 oignons verts hachés

  • 2 cuillerées à soupe d'eau

  • 3 cuillerées à soupe de feuilles de coriandre fraîche, hachées

Faites cuire les nouilles selon les indications figurant sur l'emballage.

Mettez les filets de saumon sur une plaque de four recouverte de papier d'aluminium. Mélangez la sauce de soja, le xérès, le sucre, la moitié de l'huile et l'eau. Badigeonnez le saumon de la moitié de la marinade et réservez 10 minutes.

Faites cuire le saumon 5-6 minutes sous un gril chaud en le tournant à mi-cuisson et en le badigeonnant à nouveau de marinade.

Chauffez le reste d'huile dans une sauteuse, ajoutez les graines de sésame et les oignons verts et faites-les revenir une minute.

Ajoutez les nouilles et le reste de marinade et chauffez le tout. Incorporez la coriandre.

Servez le saumon sur un lit de nouilles

15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 17:26

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51Ot-IxzrzL._SL500_AA300_.jpgTitre : Le Montespan

Auteur : Jean Teulé

Edition : Pocket

Année : 2010

306 pages

Note : 3/5

 

L'histoire : Par un chanceux coup du sort, Louis-Henri de Pardailhan, marquis de Montespan, découvre Françoise de de Rochechouart.

Il en tombe amoureux et se marie immédiatement avec. Pendant quelques années ils vont vivre un bonheur parfait, à l'exception de leurs problèmes d'argent. Françoise se voit proposer d'intégrer la Cour à Versailles.

Rapidement Louis XIV va la remarquer et décide d'en faire sa maitresse. Louis-Henri va essayer de s'opposer à cette immoralité, Louis XIV va tenter d'acheter son silence avec de l'argent, des charges. Le Montespan va refuser quitte à tomber dans la pauvreté, à être moqué.

 

Ce que j'en pense : J'avais beaucoup entendu parler du Montespan avant de le lire. C'est assez tardivement que je le lis et que je fais ainsi connaissance avec Jean Teulé.

 

Roman se déroulant au temps de Louis XIV, je m'attendais à me retrouver dans une atmosphère à la Nicolas Le Floch. Teulé utilise bien un vocabulaire, des expressions propres à l'époque mais il n'hésite pas à introduire un langage attaché à notre époque (j'ai en tête le passage de la rencontre entre le Montespan et Charles II, futur roi d'Espagne). Je trouve ça dommage, ça ne permet pas à mes yeux d'en faire un roman historique.

 

D'un autre côté sa description des mœurs de la Cour est assez frappante : l'absence d'hygiène, le clientélisme, le comportement moutonnier. La ténacité du Montespan à vouloir le retour de sa femme reste impressionnant. Il aura tout fait pour provoquer, il aura enduré beaucoup de choses mais peut-il vraiment faire quelque chose contre le Roi-Soleil?


12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 09:33

Vous allez comprendre ma souffrance, Scorpions a décidé de prendre sa retraite. Pour accompagner la tournée d'adieux, le groupe sort Comeblack, un album où il revisite leurs plus grands tubes mais fait aussi des reprises des classiques du rock.


Mais voici l'objet du délit : une reprise de Still Loving You par Scorpions et .... Amandine Bourgeois, gagnante de la sixième édition de La Nouvelle Star (quel gage de qualité). Bien sûr c'est un titre bonus que pour l'édition française (quelle chance on a). La chanson devient Still Loving You - Je t'aime encore. Dire que c'est une reprise c'est vite dit : elle "chante" des paroles qui ne correspondent même aux originales.

 

Quel dommage de finir une carrière sur une telle faute de goût.